Lyon (France)

dialogues-lyon-france.jpg

Les Dialogues à Lyon un festival citoyen pour se faire du bien

En 2002, lors du deuxième sommet de la Terre de Johannesburg en Afrique du Sud, Patrick Viveret, philosophe, Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, président du Grand Lyon, et Geneviève Ancel, coordinatrice des Dialogues, constatent que la plupart des grands problèmes que rencontre l’humanité ne sont dus qu’à elle-même.

Pourtant cette question n’est traitée dans aucun des sommets internationaux. D’où l’idée de créer un forum d’échanges. C’est la naissance des Dialogues en humanité.

Les Dialogues prolongent l’histoire bimillénaire de l’humanisme lyonnais.

Évènement à l’origine conçu pour permettre à tous ceux qui luttent pour changer le monde de partager leurs expériences et de se ressourcer, les Dialogues sont devenus au fil des ans un grand rassemblement populaire. C’est par milliers que des citoyens de tous les milieux et de tous les âges se retrouvent dans le Vieux Lyon et sous les arbres du parc de la Tête d’or conçu au XIXe siècle, emblématique de la vie lyonnaise. Ces échanges sous les arbres renvoient à l’arbre à palabre à l’ombre duquel les villageois africains se retrouvent pour évoquer et résoudre des problèmes de société.  Temps de parole, d’écoute, de rencontres et de découverte, les Dialogues multiplient les agoras, les ateliers, les manifestations artistiques et les témoignages de vie.

L’intérêt des Dialogues est tel qu’ils ont essaimé dans plus d’une centaine de lieux - quartiers, villages et villes.


 

Dialogues en humanité Lyon par dialoguesenhumanite

Racontons-nous demain, tel est le thème de la 19ème édition des Dialogues en humanité qui se tiendront du 5 au 7 juillet dans le parc de la Tête d’or et dans le vieux Lyon. Une invitation à découvrir, réfléchir, apprendre les uns des autres et inventer un « mieux vivre ensemble » au sein de nos familles, notre quartier, notre société.
Le programme de ce festival citoyen s’articule autour de trois axes:

  • Tous responsables des droits de chacun !
  • Demain, tous migrants ?
  • Inventer demain en interrogeant les récits qui façonnent nos vies.

Des milliers de personnes pourront participer à de nombreux ateliers gratuits, et assister à plusieurs performances artistiques originales.

Archives 2002-2014 http://2014.dialoguesenhumanite.org
Archives 2015-2019 http://2019.dialoguesenhumanite.org/

45.779436, 4.847546

2015 Programme Lyon 3, 4, 5 juillet

Osons une citoyenneté de la Terre, fraternelle !

1er et 2 juillet Side Event au Sommet mondial Climat et Territoires

3, 4, 5 juillet 2015, de 11h à 22h, sous les arbres du Parc de la Tête d’Or à Lyon,

Prendre le temps de la rencontre, découvrir les marges de progrès de nos intelligences sensibles pour développer son discernement, découvrir des points de vue différents sous les arbres à palabre, s’inspirer de témoignages de vie croisés, co-élaborer des coopérations actions.

2016 Programme Lyon 1er, 2 et 3 juillet

Citoyens du peuple de la Terre
devenons des artistes en humanité !

Edito de Patrick Viveret pour le réseau des Dialogues

Dans ce carrefour critique où l’humanité, notre «Frater» (qui signifie le genre humain en latin), est confrontée à des défis colossaux qui peuvent la conduire à sa perte mais aussi à franchir un saut qualitatif dans la voie de sa propre humanisation, deux séries de défis majeurs peuvent se transformer en sources d’espérance: celui des «réfugiés» et celui du chômage de masse.

2017 Programme Lyon 7, 8 et 9 juillet

Apprends-moi à danser sous l’orage!
Et nous vivrons des jours heureux…

«La vie, ce n’est pas d’attendre que les orages passent, c’est d’apprendre comment danser sous la pluie» - Sénèque (philosophe romain, Ier siècle)

Les dernières nouvelles des violences armées au Moyen Orient, des attentats en Europe, des régressions politiques aux États Unis, au Brésil, en Turquie, et leur menace en France évoquent un vent violent qui semble se répandre sur la planète comme une traînée de poudre.

2018 Programme Lyon 6, 7 et 8 juillet

Chaque jour qui passe nous apporte un peu plus l’impression que le monde court à sa perte, que les êtres humains sont surtout capables d’égoïsme entre eux, d’aveuglement face aux dangers qui les menacent, de politiques aux antipodes de celles qui permettraient d’espérer un monde plus solidaire et écologiquement viable.
Il y a bien évidement une part de réalité à cela.
Toutes celles et ceux qui vivent la guerre, l’exil forcé ou la faim dans le monde le savent bien.