Pour construire le monde qui commence/Building the New World

Rejoignez-nous afin d’explorer ensemble les mille et une manières d’habiter notre planète en harmonie avec la nature, de trouver la joie dans la frugalité et de prendre conscience de nos responsabilités en tant qu’humains !
Il est désormais avéré que l’être humain est responsable de destructions sans précédent de la biodiversité. Il reste toutefois possible de changer la donne et de se montrer plus respectueux du vivant.
Réfléchir, échanger, avancer sur une question aussi essentielle, telle est l’ambition de l’édition 2020 des Dialogues en humanité.
Ce festival citoyen et gratuit aura lieu en ligne du 3 au 5 juillet.

English below

Agora: marque de fabrique des Dialogues en humanité, les agoras sont des discussions ouvertes à tous sur des sujets variés. Elles permettent la pratique d’une écoute active et bienveillante et d’échanger sur un pied d’égalité quel que soit son statut. A l’honneur cette année, une agora intitulée : «Comment réussir l’anthropocène ?».

Comment penser et agir pour un anthropocène positif ?

Concept, cher aux militants pour le climat, l’anthropocène renvoie à l’idée que nous serions entrés dans un nouvel âge géologique dans le cadre duquel les humains seraient la principale force de changement sur la planète. Nombre de nos comportements étant destructeurs, l’anthropocène est perçu comme étant négatif. Pouvons-nous toutefois imaginer que les humains puissent mettre leur influence sur les écosystèmes au service de la vie ?
Apprendre à utiliser notre intelligence en la mettant au service de la coopération plutôt qu’à celui de la compétition et grandir en conscience afin d’habiter plus respectueusement notre planète et de nous y épanouir, telle est l’ambition des Dialogues en humanité. A l’invitation d’Edgar Morin, il nous revient d’ouvrir la voie vers un anthropocène positif!

Atelier : Les ateliers du sensible précèdent les agoras. Ils proposent une approche pratique, à travers des expériences qui sollicitent autant nos émotions que notre raison. Lors de cette édition des Dialogues, nous vous invitons à découvrir l’atelier l’abeille au service du développement, par Alain Chevalier.

Pour une économie en harmonie avec la nature

L’apiculture traditionnelle peut-elle amener à un anthropocène positif ? Président d’APIFLORDEV, une ONG offrant des formations en apiculture traditionnelle à des populations de pays du Sud, Alain Chevalier soutient qu’elle constitue une voie de développement économique pérenne et respectueuse de l’environnement.

  • Les produits de la ruche (miel, cire et propolis) génèrent des revenus et un apport de nourriture ;
  • Ils peuvent être utilisés pour soigner certaines pathologies (cicatrisant sur les plaies et brûlures, antiseptique, renforcement des défenses immunitaires, etc.) ;
  • Cette activité est un outil de sensibilisation contre la déforestation. Elle favorise des pratiques agricoles respectueuses de l’homme et de l’environnement ;
  • La protection des abeilles, domestique et à l’état sauvage, permet la pollinisation, le maintien de la biodiversité et de l’équilibre des éco et agrosystèmes. Les rendements agricoles s’en trouvent augmentés jusqu’à 40% sur certaines cultures et dans certains milieux.

Temps de coopération action : Les temps de coopération-action sont des moments d’échange de savoirs qui permettent aux participants de bénéficier de l’expérience de personnes engagées sur le terrain dans un domaine donné. Pour un anthropocène positif, les Dialogues en humanité vous invitent à rencontrer des femmes bâtisseuses au Sahel, en Tanzanie, au Bangladesh et en France, lors du temps de coopération-action Voyage en frugalité heureuse et créative. Vous y découvrirez les techniques d’architecture en terre crue.

Pour une architecture locale respectueuse du vivant

Le mouvement pour la frugalité heureuse, porté par des architectes et spécialistes en aménagement du territoire, plaide pour une architecture plus respectueuse de l’environnement et moins énergivore. Conscients des effets polluants de la construction à grande échelle de bâtiments, surtout urbains, ils proposent de privilégier l’utilisation de matériaux locaux – au lieu d’en transporter sur de longues distances –, et le recours à des techniques de construction issues des savoir-faire du territoire. Certains matériaux, comme le bois, permettent d’éviter d’installer la climatisation et de réduire les besoins en chauffage. Autant de façons de mettre en avant les atouts et savoir-faire locaux et traditionnels pour un rapport repensé et apaisé à notre territoire de vie.

En direct de l’Équateur : l’agriculture familiale, outil de résilience face aux crises

Fernando Rosero, partenaire des Dialogues en humanité en Équateur, propose de faire de l’agriculture familiale un outil de réponse rapide et locale à la crise sanitaire et économique actuelle. Fort de l’expérience de son pays, il montre que seule l’agriculture familiale a été en mesure d’apporter une réponse rapide aux problèmes posés par la crise du Covid-19.
En Équateur, malgré les accords entre le gouvernement et les grandes chaînes de distribution pour soutenir la demande alimentaire des villes, seuls les agriculteurs locaux ont pu approvisionner efficacement les populations les plus démunies de la ville de Guayaquil : 40 tonnes de nourriture et de plantes médicinales ont été distribuées aux plus pauvres. En garantissant un approvisionnement en biens alimentaires essentiels, là où les grandes entreprises n’ont pas été au rendez-vous, les agriculteurs familiaux jouent un rôle important dans la société équatorienne contemporaine. Il est temps de le reconnaître pour une meilleure gestion des crises à venir.

Un festival citoyen pour grandir en humanité

Les Dialogues en humanité sont nés du Sommet de la Terre de Johannesburg en 2002. Ils sont le fruit d’un constat : aucun événement international ne traitait de la question humaine alors que les crises qui secouent la planète sont produites par des êtres humains. Il fallait donc inventer une autre façon d’être au monde.
Les Dialogues ont pour fil rouge la volonté de grandir en humanité en développant une citoyenneté de la terre, une société du «Bien vivir» – dans laquelle il relève de la responsabilité collective d’être en harmonie avec la nature et où chacun privilégie l’entraide. Créer des espaces de coopération et de réflexion, tisser des liens, se rencontrer et faire ensemble, voilà comment les Dialogues aident à sortir du sentiment d’impuissance et d’indifférence face aux grands défis auxquels nous sommes tous confrontés.

Envie de rejoindre l’équipe des Dialogues en humanité ?

Rendez-vous sur le site internet des Dialogues en humanité, dans l’onglet «je participe». Vous y trouverez toutes les informations pour rejoindre l’équipe de préparation du festival. Pour nous aider:

  • Devenez ambassadeur des Dialogues auprès des médias et de vos réseaux sociaux
  • Participez à l’élaboration du programme et des live
  • Clavardez les Dialogues en humanité auprès des citoyens, parents, enfants, voisins
  • Devenez rédacteur de comptes-rendus des interventions des différents orateurs
  • Prenez des photos et tournez des vidéos
  • Brillez par vos talents de traducteur des discussions en anglais, espagnol, portugais, italien, arabe, chinois, etc.
  • Devenez maître ès logistique en accompagnant les temps en ligne: répartition du temps de parole, prise en note des questions sur le chat, etc.
  • Et surtout, partagez en direct les temps forts des Dialogues avec vos amis et sur vos réseaux sociaux!

Toute aide est la bienvenue!


Join us to explore the many ways in which we can live in harmony with nature, find joy in frugality and become aware of our responsibilities as humans!
It has now been proven that human beings are responsible for unprecedented biodiversity destruction. Still, it is possible to change things and show more respect to the living world. Thinking, exchanging, and making progress on such a pressing matter: that is the ambition of the Dialogues en humanité 2020.
Given the circumstances, this free festival will take place online, from 3 to 5 July.

Agora: trademark of the Dialogues, agoras are open forums on many different topics. They encourage active, benevolent listening. All are equally welcome to take part in the conversation, whatever their social status may be. In the spotlight this year is an agora entitled «how to carry a successful Anthropocene?».

How to Think and Act for a Positive Anthropocene?

Dear to climate activists, anthropocene is a concept referring to the idea that we have entered a new geological age, in which humans are the main force of change on the planet. Many a behaviour of ours being destructive, the Anthropocene is usually seen as a negative thing. Still, can one imagine that humans put their influence on ecosystems at the service of life?
The Dialogues’ ambition is to learn and use our intelligence for cooperation rather than competition and grow in awareness, so as to live and thrive in our planet in a more respectful way. As Edgar Morin invites us to, it is up to us to pave the way for a positive anthropocene!

Workshops: they take place before agoras. Workshops offer a practical approach, through experiences that rely on our emotions as much as our reason. During this edition of the Dialogues, you are invited to discover the workshop Bees at the service of development, by Alain Chevalier.

For an Economy in Harmony with Nature

Can traditional apiculture lead to a positive anthropocene? Alain Chevalier, chairman of APIFLORDEV – an ONG offering trainings in traditional apiculture to people from Southern countries –, claims that it is a path to a sustainable, environment-friendly economic development.

  • The products of hive (honey, wax and propolis) generate income and food
  • They can be used to treat certain pathologies (healing wounds and burns, antiseptic, strengthening the immune system, etc.)
  • This activity is a tool for raising awareness against deforestation. It promotes agricultural practices that are respectful of humans and the environment
  • The protection of bees, domestic and wild, allows pollination, the maintenance of biodiversity and the balance of eco and agrosystems. Agricultural yields are increased by up to 40% on certain crops and in certain environments.

«Cooperation and action» sessions: they enable participants to benefit from the experience of people involved on the field, who come to share their knowledge with them. For a positive anthropocene, Dialogues en humanité invite you to meet women builders in Sahel, Tanzania, Bangladesh, and France, during the «cooperation and action» session Voyage in happy and creative frugality. You will discover mud architecture techniques.

For a Local Architecture, Respectful of the Living World

Endorsed by architects and land development specialists, the movement for a happy frugality pleads for an architecture that would be more respectful of the environment and less energy consuming. Aware of the pollution generated by large scale building construction, especially urban buildings, these architects propose to favour the use of local materials – instead of transporting them over long distances –, and construction techniques based on local know-how. Some materials, such as wood, reduce the need for air conditioning and heating. These are all ways of highlighting local and traditional assets and know-how, for more peaceful representations and relations to the area in which we live.

Live from Ecuador: Family farming, a tool for improving resilience against crises

Partner of the Dialogues en humanité in Ecuador Fernando Rosero suggests utilising family farming as a tool for a quick, local response to the current health and economic crisis. Drawing on his country’s experience, he shows that family farming was the only answer to the problems posed by the Covid-19 crisis.
In Ecuador, despite agreements between the Government and major distribution chains to meet urban food demand, local farmers were the only ones able to effectively supply the poorest populations in the city of Guayaquil: 40 tons of food and medicinal plants have been distributed to those who were most in need. By guaranteeing a supply of critical food items, where large companies have not been able to do so, family farmers play an important role in contemporary Ecuadorian society. It is time to recognize it for a better management of future crises.

A Festival to Grow our Humanity

The Dialogues en humanité were created in the wake of the Johannesburg Summit on sustainable development in 2002. They stem from the awareness that no international event deals with human issues, even though the crises shaking the planet are the fruit of human activity. Therefore, a different way of «being in the world» had to be invented.
What guides the Dialogues is the will to grow our humanity by developing citizenship of the earth. It is about creating a society of «buen vivir» (good living) in which all are responsible for living in harmony with nature and put mutual aid first. To fight against indifference and the feeling of powerlessness that we experience in the face of the big challenges of our times, this festival promotes cooperation and reflection, helping people to come together, to bond and to act together.

Feel Like Joining the Dialogues Preparation Team?

Check the Dialogues en humanité website and click on the «je participe» tab. There you will find all the information to join the team of volunteers preparing the festival. Do you want help us?

  • Promote the Dialogues in your social networks and to the media
  • Take part in the preparation of the event
  • Write reports of speakers’ interventions
  • Take pictures
  • Shoot videos
  • Show your talents as an interpreter by translating discussions in English, Spanish, Portuguese, Italian, etc.
  • Become a master of logistics by moderating online activities: allocation of speaking time, taking note of questions on the chat, etc.
  • Most importantly, share the highlights of the Dialogues on your social networks.

Any help is welcome!