Invitation à l'Opéra Citoyen à Lyon

LA GRANDE DUCHESSE DE GEROLSTEIN (2018)
l’opéra de J.Offenbach revisité

  • Vendredi 6 Juillet 19h
    Dialogues en humanité au Parc de la tête d’or, entrée porte des enfants du Rhône.
  • Samedi 7 Juillet 19h
    Dialogues en humanité parvis de la cathédrale, Place Saint-Jean quartier du Vieux-Lyon.

affiche_La presque Grande Duchesse d’environ Gérolstein Ce choix audacieux de présenter une opérette française correspond à un désir de faire découvrir la richesse de la musique du 19ème siècle, et de son compositeur Jacques Offenbach. A travers cette œuvre les choristes vont pouvoir explorer non seulement la technique vocale mais aussi le théâtre. Comme pour tous nos projets,«la grande duchesse de Gerolstein» est porteur d’un message:Au delà de la question du simple rapport au pouvoir, il s’agit ici de souligner la difficulté pour un personnage féminin d’assumer un pouvoir qui lui a été confié et d’asseoir sa légitimité.

Malika Bellaribi – Le Moal

Résumé de l’oeuvre

Si la Grande Duchesse de Gerolstein règne en souveraine sur sa principauté, elle semble cependant plus intéressée par le charme du beau soldat Fritz que par les arcanes de la politique. Ainsi, lorsqu’elle repère le jeune-homme, elle le propulse directement au sommet de la hiérarchie militaire et se détourne de son prétendant, le prince Paul.

Mais quand Fritz est nommé général en chef, il s’attire immédiatement les foudres du général Boum, du baron Puck et du prince Paul. Les trois hommes se sentent menacés et craignent de perdre le contrôle du pouvoir. Fritz devient ainsi l’homme à abattre.

Contre toute attente, la Grande Duchesse elle-même participe au complot quand son protégé la rejette, lui préférant sa jeune amie Wanda. Et quand Fritz épouse Wanda, la Grande Duchesse finit tout de même par se résoudre à épouser le prince Paul.

« Quand on a pas ce que l’on aime, il faut aimer ce que l’on a » conclut-elle.

L’action de Voix en développement

Tout au long de l’année Malika donne des ateliers hebdomadaires de chant lyrique dans les villes de Paris, Bondy (93), Villeurbanne et Vaulx en Vélin, durant lesquels adultes et enfants sans connaissance musicale particulière de toutes nationalités, tous âges, toutes religions s’initient au chant lyrique, et montent sur scène aux cotés de chanteurs et de musiciens professionnels. Ils découvrent ainsi l’histoire de la musique, de l’opéra, de l’opérette en particulier pour cette année et leurs esthétiques.
Les choristes issus de ces ateliers ont tous l’opportunité de participer à plusieurs week-ends de répétitions ainsi qu’à des semaines de travail autour de cette oeuvre. À la fin de la période d’apprentissage ils participent à de nombreux concerts et festivals donnés sur l’ensemble du territoire français et européen.

Une pédagogie innovante

La grande exigence du chant lyrique réside dans la particularité que les voix ne sont pas sonorisés. Tout en restant harmonieuses elles doivent donc passer au-dessus du volume sonore des instruments d’un orchestre et pouvoir être entendues de n’importe quel endroit de la salle de spectacle. Il faut une grande rigueur pour obtenir la technique nécessaire à ce résultat et surtout un travail colossal pour que chaque voix soit mise en valeur car nous ne cherchons pas à transformer les voix pour en faire des « archétypes vocaux » ou pour les faire entrer dans un moule qui ne permet pas l’expression de son vrai soi. Au contraire nous voulons mettre en valeur chacun, dans sa propre voix, sa propre puissance, sa propre vérité. C’est un vrai travail de soliste que nous attendons des choristes de nos ateliers et c’est cet ensemble de solistes qui fait la puissance et la magie de ce projet.

Les 5 sens et les émotions

«Notre pédagogie se sert des cinq sens pour développer la voix et le confort physique et moral des choristes: passer par le toucher avec tout un travail kinesthésique, chercher le ressenti, être à l’écoute du son mais aussi de son corps et du corps de l’autre, chercher sa respiration, goûter les sons, sont autant de clés dont nous nous servons lors de l’apprentissage».

Le Faire

Malika Bellaribi-Le Moal allie son sens de la communication et établit un contact fort et direct avec ses élèves. La méthode d’apprentissage qu’elle met en oeuvre fait appel à leur énergie et cherche à bousculer leurs réticences et leurs peurs. Chaque semaine, avec ses assistants, elle articule ses cours autour d’un travail de détente corporelle et d’équilibre entre les résonances et la respiration. Les participants sont mis en phase d’exploration à la fois corporelle et sensorielle. Le travail pédagogique est ludique : pailles, bouchons, mouchoirs, feuilles de papiers, verres, chaises, tête à l’envers, course, danse, expression corporelle, grimaces, etc. sont autant d’outils utilisés lors des exercices pour faire « sortir la voix ».
Base de cette nouvelle pédagogie pour l’apprentissage du chant. Il faut agir et laisser s’exprimer son corps, sentir avant de réfléchir, c’est l’un des mots clé de cette pédagogie. Elle permet d’ancrer les réflexes nécessaires au chant et elle instaure une confiance dans son propre corps indispensable au chant mais aussi indispensable à l’homme qui souhaite se reconstruire. C’est aussi retrouver ses réflexes d’enfant et comprendre combien notre corps peut nous aider quelques soient nos physiques ou nos handicaps.

Des résultats

Les différents projets d’opéras menés toutes ces années ont provoqué des changements significatifs dans la vie des participants: tous reprennent confiance, sortent de la violence et deviennent les porteurs d’un message de solidarité et de paix.
Les enfants ont une meilleure capacité de concentration, ils sont plus calmes et apprennent mieux, ils s’ouvrent à la société, découvrent de nouvelles valeurs et surtout ils partagent. Ils s’ouvrent à un monde qu’ils ne soupçonnaient pas.
Les femmes et les hommes reprennent leur vie en main, sortent de la solitude pour devenir sociables, retrouvent du travail, se tournent vers l’autre, reprennent foi en la société et redonnent de la valeur à l’éducation.
La réussite vocale et scénique est un objectif qui leur permet de retrouver une identité, une autonomie et de la sérénité.

« Malika elle est juste. En nous faisant répéter, elle nous apporte, et nous aussi on lui apporte.
J’y ai pris goût, on peut dire que ça a donné un sens à ma vie »
(paroles de choriste, extrait du journal « le monde », article « ceux qui font », 12/08/16)

Voir l’histoire de Malika Bellaribi-Le Moal sur wikipédia ou http://www.malikabellaribi.com/