Espace Média

Table des matières

Communiqués de presse

Save the date

Il s’agit du texte envoyé au grand Lyon, annonçant le changement de format des Dialogues
Titre du communiqué général
(en cours)

Pour construire le monde qui commence

Faisons grandir les dialogues partout dans le monde!

La période singulière que nous abordons est souvent présentée comme un inquiétant mélange de crise sanitaire, économique, sociale et d’urgence climatique. C’est pourquoi l’équipe des Dialogues en humanité comme ses partenaires locaux et internationaux, veulent réaffirmer l’importance fondamentale du dialogue face à la violence, de redire le besoin de débat démocratique face à des pouvoirs autoritaires ou sourds qui cherchent à prendre le dessus. Prendre soin les uns des autres, échanger, apprendre, partager, s’avère plus que jamais nécessaire dans le monde qui commence.

Mais, dans les circonstances actuelles, le rassemblement habituel de milliers de personnes sous les arbres du Parc de la tête d’or à Lyon ne peut évidement pas se tenir. Alors le rendez-vous se transforme en une vaste expérience en ligne!
Bien sûr, nous aimons nous voir, nous parler directement, prendre le temps de nous laisser inspirer par la magie des lieux, profiter des grandes tablées sous les arbres…

Mais cette nouvelle expérience ouvre malgré tout de belles perspectives. L’ouverture sur le monde, dans l’ADN des Dialogues depuis leur création, se trouve ainsi renforcée. Qu’on se trouve dans le vieux Lyon, à Salvador de Bahia, Montréal, Dakar ou Cotonou, dans l’Himalaya ou sur son balcon parisien, tout le monde peut se connecter pour dialoguer!

Alors comment réveiller et élargir notre pouvoir d’agir et notre force citoyenne ? Comment créer des solidarités sans laisser personne sur le bord de la route ? Les intelligences interconnectées et les sagesses du monde conjuguées peuvent-elles nous permettre de grandir en humanité, de réussir l’anthropocène, cette nouvelle ère de l’aventure humaine ?

Le défi ? Changer radicalement de posture, à l’image des pilotes de chasse devenus astronautes. Eux qui avaient une posture de guerre, de domination en surplomb, changent de regard en découvrant notre planète terre depuis l’espace et parlent alors d’émerveillement, du sentiment de fragilité et de responsabilité à l’égard de l’ensemble de l’humanité et du Vivant!

Faisons le pari qu’en apprenant à prendre soin de nous mêmes, de nos compagnons de route en humanité et de nos autres compagnons de vie, nous serons prêts à devenir pour de bon des homo sapiens-sapiens.
Cela vous fait bien envie, mais vous ne savez pas par où prendre les questions?

Le plus simple, c’est d’abord de se relier à celles et ceux qui sont déjà porteurs de cette belle énergie, qui œuvrent déjà pour l’amélioration du monde. Dans la multitude d’activités proposées pendant ces trois journées, il y a certainement de quoi se donner de la force pour repartir œuvrer de son côté!

Interview

Geneviève Ancel, coordinatrice des Dialogues en humanité, propos recueillis par Muriel Scibilia

D’où viennent les Dialogues en humanité ?

Ils sont nés d’un constat lors du Sommet de la terre en 2002 en Afrique du Sud:
bien que les crises sociales, écologiques et autres qui secouent nos sociétés soient produites par les êtres humains, aucun événement international ne traitait de la question humaine en tant que telle. Afin d’inventer une autre façon d’être au monde, de résister et de se relier les uns aux autres, il fallait placer cette question sur le plan politique. Cela cadrait avec la tradition humaniste de Lyon.

Quelles sont les particularités de ce festival citoyen ?

Un premier fil rouge relie les activités multiformes que nous proposons:
il importe d’agir sur nos comportements individuels et collectifs car nous sommes responsables de la plupart des problèmes dont souffre la planète. Or, il n’y a pas de transformation sociale sans transformation personnelle. Autre spécificité, nous invitons au dialogue, pas au débat; c’est-à-dire à l’écoute et l’échange bienveillants. Un dialogue entre «tous les univers», toutes les convictions et toutes les générations. Nous avons aussi opté pour un brassage convivial. Des personnes en grande précarité peuvent échanger sur un pied d’égalité avec des personnalités de stature nationale ou mondiale. Il n’y a pas d’un côté des conférences au cours desquelles des «sachants» parlent à des «ignorants» et de l’autre des activités pratiques ou artistiques.

Comment sont choisis les thèmes de chaque année ?

Par un processus auquel peuvent participer tous ceux qui le souhaitent. Une sorte de laboratoire de la prise de décisions à partir de la diversité. C’est lent ! Le programme 2020 est structuré autour de trois grands axes qui constituent autant de «parcours» thématiques que l’on peut suivre à travers les activités ou croiser à sa guise, ce qui permet de découvrir les diverses facettes d’une thématique ou de faire des liens entre les thèmes:
  • Dites à l’avenir que nous arrivons !
  • Prenons soin de chaque humain
  • Ouvrons de nouveaux horizons

Quel peut-être le déroulé d’une journée dans le parc ?

D’abord le «temps du rien»:
flâner, faire des rencontres… Puis on peut aller à la Roseraie pour faire connaissance et partager les vécus de la veille. On participe à des ateliers, on échange des idées dans une agora, on écoute de la musique ou de la poésie… Au repas on découvre d’autres manières de cuisiner, des produits locaux, de la vaisselle biodégradable ou lavable, etc.

Pourquoi avoir organisé les échanges sous la forme d’agora ?

Les Dialogues ne sont pas une succession de colloques. Ils reprennent la pratique ancestrale de l’arbre à palabre sous lequel on se rassemble en Afrique pour échanger, régler les conflits et préserver le lien social. On réfléchit ensemble sous les arbres du Parc. Être en cercle favorise la circulation de la parole. Des facilitateurs veillent au respect de quelques principes:
simplicité, liberté de propos, écoute bienveillante, respect et égalité de tous devant la question humaine.
«Sous l’arbre à palabre, chacun écoute les autres, dit ce qu’il a à dire  et repart en paix.» 

Pourquoi accordez une telle importance aux activités artistiques ?

En nous offrant une part de leur sensibilité, les artistes nous aident à sortir des cloisonnements et à éveiller notre créativité. Cette année, il y aura plusieurs propositions de danse urbaine, des parcours poétiques et théâtraux.

Quel rapport entre les activités dans le Vieux Lyon et celles du Parc de la Tête d’or ?

Elles sont en lien !
Sous le thème du bonheur, le Festival Vieux Lyon en humanité propose une cinquantaine d’initiatives qui réaffirment les valeurs lyonnaises d’ouverture au monde et aux cultures, de fraternité et de solidarité.

Les Dialogues permettent-ils de développer des réseaux ?

Des réseaux se créent ou se renforcent quand les Dialogues suscitent de nouvelles initiatives ou font évoluer des projets existants. Sans oublier le réseau des Dialogues eux-mêmes qui ont déjà essaimé dans une centaine de villes et pays.

La forme des Dialogues a-t-elle changé au fil des années ?

Elle s’est enrichie. A l’origine, il s’agissait de permettre à des personnes engagées à transformer la société de se retrouver et puiser de nouvelles forces. Désormais beaucoup de citoyens s’intéressent aux thématiques et activités que nous proposons, comme en témoigne la fréquentation en augmentation constante: quelques 10 000 personnes sont passées par le parc de la tête d’or l’an dernier.
Les Dialogues sont ainsi devenus un espace d’échanges gratuit et ouvert à tous partout dans le monde: parents, enfants, curieux, artisans, chercheurs, danseurs, ouvriers, philosophes, militants, écrivains, étudiants, comédiens, chefs d’entreprises, élus, poètes et danseurs.

Dossier d’information

https://dialoguesenhumanite.org/reseau-international/les-nouveaux-collectifs-ci…
https://dialoguesenhumanite.org/nouvelle/les-dialogues-en-humanite-relevent-le-…

Dialogues en humanité : questions-réponses

Qu’est-ce que le festival Dialogues en humanité ?

Dialogues en humanité est un festival citoyen du bien vivre qui se tient à Lyon, au Parc de la tête d’or, le premier week-end de juillet. Même en virtuel ou en ligne, par l’invitation à prendre soin de chaque humain, les Dialogues en humanité proposent régulièrement de multiples activités dont le fil rouge est de grandir en humanité et de développer une citoyenneté de la terre, une société du bien vivre. Ce festival est gratuit et la participation est libre.

Comment est né le projet des Dialogues en humanité ?

L’idée des Dialogues en humanité est née en 2002, lors du Sommet mondial de Johannesburg sur le développement durable. La première édition lyonnaise, en juin 2003, a rassemblé 80 invités issus de tous les milieux et de tous les continents. Depuis 2006, pour élargir la démarche, les arbres du parc ont permis de revisiter l’arbre à palabre à l’africaine.

Quel est le but de Dialogues en humanité ?

Créer un espace de dialogue,de réflexion et de coopération dans lequel les invités ou porteurs de solutions, peuvent sortir du sentiment d’impuissance et d’indifférence face aux grands défis auxquels l’humanité est confrontée, pour tisser des liens et faire vivre les multiples initiatives, par la rencontre et le faire ensemble.

Comment le festival fonctionne-t-il exactement ?

Les Dialogues en humanité s’articulent autour d’un programme varié, structuré autour de trois éléments principaux : les agoras en cercle, les ateliers du sensible et les créations artistiques qui rythment la journée. Les agoras sont des moments d’échange bienveillant autour de différents thèmes, qui se tiennent sous les arbres du parc de la Tête d’Or. Quant aux quelques 150 ateliers, il s’agit d’activités ludiques, corporelles, comportementales ou d’initiations artistiques sur des sujets variés, de la peinture aborigène à des méthodes innovantes de recyclage des déchets. 

Quel est l’objectif des Dialogues en humanité ?

Les Dialogues en humanités regroupent chaque année des acteurs de tous horizons pour partager des initiatives porteuses de changement et construire une citoyenneté fraternelle. Notre ambition est de découvrir ce qui fait obstacle à la bienveillance, à l’équité, à la justice, à la paix mais aussi de préserver le climat. Ce festival abonde d’incitations à réfléchir et dialoguer sur les questions essentielles ou d’actualité qui interrogent qui nous sommes et comment les individus et communautés structurent les rapports entre eux et avec la nature. Il permet de découvrir de multiples initiatives prises dans divers pays sur tous les continents pour construire un monde plus équitable.

Quelle dimension internationale ?

Depuis 2009, l’essaimage a gagné HEM Rabat au Maroc, Fireflies à Bangalore en Inde, Salvador de Bahia au Brésil, Genshagen près de Berlin en Allemagne. Et, depuis, d’autres personnes sur différents territoires lui donnent vie: à Addis Abeba et Dire Dawa en Ethiopie, Porto Novo, Ouida, Cotonou au Bénin, Lomé au Togo, Bangui en Centrafrique, Abou Gosh, Foz do Iguaçu, Rio de Janeiro, Terra Mirim, Itacaré au Brésil,  Hammamet, Tunis, Villeurbanne, Festival D’art et D’air Lyon La Duchère, Festival des Passants Place Bahadourian à Lyon, Vieux Lyon en humanité, Défistival à Paris, Prato près de Florence en Italie, Bruxelles, Londres, Barcelone, des lieux plus ruraux comme à Le Pradier près de Moutiers, Saint Boingt, Les Monts de la Madeleine, ou plus urbains comme à Voiron, Grenoble, Strasbourg, Bischheim, Roanne, Seattle, Boston, Montréal, Tombouctou au Mali; Chandigarh, Auroville, Pondicherry, Kabini près de Mysore, Genève Yerevan, Oran; également au coeur d’universités et d’entreprises au management humain

Nous nous inspirons d’autres initiatives comme le Collectif richesse, Meeting Rivers, Pipaltree et Climate South Asia, Brecho Eco Solidario, Akademie Unter den Baümen, Une âme pour la mondialisation, Cultivando Agua Boa, mais aussi le Forum Social Mondial depuis Porto Alegre, Bellem ou Mumbai, Viral Open Space, Archipel citoyen Osons les Jours Heureux, Tavola de la Pace, Agora des habitants de la Terre, AfTerre, Négawatt, Sadhanaforest, Mains d’Oeuvres, Pluriverse

Une équipe internationale au service des Dialogues

Présentation des stagiaires

Pour préparer cette 20e édition en ligne, nous avons constitué une équipe d’étudiants stagiaires, venus d’Italie, des Etats-Unis et de France ! Une équipe motivée, dynamique et investie qui travaille en lien avec une centaine de bénévoles à travers le monde.

Alexa Pugh, américaine, a décidé d’étudier à Lyon après une formation en politique internationale à l’université de Princeton. Coup de foudre avec la France, ses pratiques culturelles et sociales. Installée depuis trois ans dans la capitale des Gaules, elle a tissé des attaches avec différents secteurs de la société. D’où sa décision de prendre en charge la gestion des relations entre l’équipe des Dialogues et ses partenaires publics et privés, comme le réseau des bibliothèques municipales et la péniche du val de Rhône (qui héberge les participants aux Dialogues et anime un atelier).

Le drapeau italien à l’honneur. Du jamais vu dans la composition de l’équipe des Dialogues, d’ordinaire très hétéroclite, trois membres sur six viennent de la péninsule.

Stefano Fatica vient de Turin où il fait son Master 2 en économie et management international. Rugbyman depuis l’âge de 16 ans, il a appris à travailler dur sans jamais abandonner car, pour reprendre les propos de Che Guevara, « celui qui se bat peut perdre, celui qui ne se bat pas a déjà perdu ». Dans l’équipe, Stefano est responsable de la gestion des ateliers du sensible.

C’est tout naturellement que Sofia Mangano, passionnée de breakdance et de hip-hop, s’occupe d’identifier, de contacter les artistes et de gérer comment ils peuvent s’insérer dans le programme des Dialogues. Une bouffée d’air frais pour elle qui suit un Master 2 en commerce extérieur à Lyon.

Dernière Italienne du groupe, Federica Calabrese. Séduite par son séjour en Hongrie où elle a étudié les relations internationales, Federica a voulu poursuivre son expérience d’une vie à l’étranger, décidant d’obtenir un Master en commerce extérieur en France. Parmi ses passions, la musique et la photographie. Aux Dialogues, elle en profite aussi pour améliorer son français, à travers son travail dans le domaine de la communication et dans ses relations avec les jeunes activistes qui se battent pour le climat et les droits sociaux.

L’Italie est aussi présente à travers Morgane Caire, qui a passé un an à l’université de Turin, où elle a obtenu une double licence en management et langues étrangères. Dans le cadre des Dialogues, elle est chargée de l’organisation de discussions sur différents thèmes, qui se déroulent sous les arbres du parc de la Tête d’Or (les agoras). Morgane aime lire au soleil et cuisiner des pâtisseries.

Étudiante en dernière année à Sciences Po Lyon, Margot Trémolières voue une vraie passion à tout ce qui concerne le monde arabe. Elle est aussi férue de documentaires animaliers et de biologie. Membre d’une association qui se consacre à la diffusion des principales valeurs européennes, elle a l’habitude de gérer les aspects logistiques évènement. Outre la communication, elle s’occupe de l’hébergement et de la logistique.

Dernière arrivée parmi les stagiaires, Nolwenn Travert complète l’équipe communication. En deuxième année de DUT information et communication à l’IUT de Lannion, en Bretagne, Nolwenn a rejoint les Dialogues en télétravail, preuve d’une grande capacité d’adaptation.

Des participants à la Une

À garder si on produit de brèves présentations de certaines « figures » des Dialogues comme Emma la clown ou la Diva des quartiers

Photos

Liens vers le cloud.

Attention : sélectionner une série de photos pertinentes, les dater et les légender (lieu, nom et fonctions des personnes), sinon elles sont inutilisables par les journalistes

Vidéos

Chaîne Youtube : https://www.youtube.com/user/Dialoguesenhumanite 

Logos, affiches

http://cloud.dialoguesenhumanite.org/ws-default/Logos-Dialogues-en-humanite
http://cloud.dialoguesenhumanite.org/ws-default/2020-photos-communication
http://cloud.dialoguesenhumanite.org/ws-default/Presse-Photos-Dialogues-en-huma…

Réseaux sociaux

Facebook : https://www.facebook.com/Dialoguesenhumanite
Twitter : https://twitter.com/humandialogs
Instagram : https://www.instagram.com/dialoguesenhumanite

 

Ancien Espace Presse
http://2019.dialoguesenhumanite.org/meetup/48/espace-media
http://2014.dialoguesenhumanite.org/page/23/espace-presse