Dimanche 8 juillet

Sommaire

 

Eléments pour nourrir l’organisation

d’une Agora sur Aimé Césaire et l’actualité de son message

aux Dialogues en Humanité, Lyon 2018

 

 

«  L’histoire est toujours dangereuse.

Mais c’est à nous qu’il appartient, à chaque instant,

d’établir et de réajuster la hiérarchie des périls »

Aimé Césaire

 

QUELQUES MOTS SUR l’ACTUALITE DU MESSAGE CESAIRIEN

 

2018 marquera le dixième anniversaire de la disparition d’Aimé CESAIRE, mort en Avril 2008. Dix ans après, il importe de mettre en lumière la présence du legs qu’Aimé CESAIRE, poète, militant et politique a durablement inscrit pour le droit, contre les dérives du colonialisme, de l’hégémonisme, de l’idéologie et au-delà contre tous les logiques d’oppression et d’atteinte à la dignité et à la responsabilité humaines.

 

Le message césairien n’est pas un blanc-seing donné au victimaire. Sa révolte contre les crimes rétérés de l’actualité et de l’histoire, dénoncés  et condamnés, parle à nos consciences car elle est illuminée par la grandeur de son souffle poétique et liée, avec lucidité et vigilance, à l’exigence de l’imbrication dialectique des droits et des devoirs. Dans les défis de notre monde fracturé, où se recyclent l’hégémonisme, l’irresponsabilité  et la domination, ce message reste majeur comme un « appel au sursaut » qu’il faut  rappeler, approfondir et faire entendre.

Césaire et la constellation d’humanistes de la décolonisation. Par sa foi dans l’Humain,  par son adhésion à l’héritage africain, par son propos humaniste mais sans concessions, le legs d’Aimé Césaire est l’une des expressions majeures d’un élan collectif et partagé pour l’éradication du racisme et l’avènement d’un monde enfin décolonisé, responsable et solidaire. Au centre d’une constellation de fraternités d’Europe, d’Afrique et de la Diaspora, d’Asie et d’ailleurs, de luttes et d’engagements menées pour le triomphe du droit, son apport demeure, irremplaçable, pour la reconstruction de l’imaginaire  des colonisés comme  des colonisateurs d’hier et d’aujourd’hui afin d’ aboutir au dialogue interculturel que commandent une histoire et un destin communs. C’est dans cette perspective que fut conçu en 2009 à l’UNESCO le programme « TAGORE- NERUDA-CESAIRE : Pour un universel réconcilié » avec l’ambition d’ «élever dans l’esprit des hommes les défenses de la paix » pour fonder des valeurs nouvelles, stimuler l’imaginaire politique, ressourcer la gouvernance démocratique et la responsabilité citoyenne d’une modernité partagée.

CESAIRE et ses « Armes miraculeuses »

Son parcours emblématique, les singularités de son engagement contre le dogmatisme idéologique, confèrent à CESAIRE, visionnaire, créateur d’« armes miraculeuses », une place à part et une aura particulière pour éclairer nos luttes d’aujourd’hui contre la récurrence protéiforme de la haine et de l’irresponsabilité. Armes que nous sommes nombreux à considérer comme plus actuelles et pertinentes que jamais. 

Aussi faut-il, dix ans après qu’il nous ait quittés, faire entendre la voix d’Aimé CESAIRE, majeure et irremplaçable pour scruter la croissante et complexe interaction entre le Particulier et l’Universel confrontés aux chocs et aux défis impérieux des bouleversements de notre monde contemporain. Cette voix est de celles qui ont su anticiper la complexité des processus d’émancipation et de citoyenneté globale et contribuer aux refondations anthropolitiques et inter-culturelles en cours. Fidèle au meilleur de la mobilisation des civilisations pour l’humanisation du développement, la complémentarité et la coexistence des peuples, CESAIRE nous a offert des outils irremplaçables pour affronter « le risque de l’Histoire », par une approche lucide et pragmatique dont la société française et la communauté mondiale ont plus que jamais besoin.

 

Agora aux Dialogues

 

 « Il y a deux manières de se perdre.

Par ségrégation murée dans le particulier ou par dilution dans l’Universel. 

Ma conception de l’universel est celle d’un universel riche de tout le particulier,

coexistence et approfondissement de tous les particuliers ».  

Lettre à Maurice Thorez -1956

 

Ces mots d’Aimé Césaire, extraits de la Lettre à Maurice Thorez semblent être écrits aujourd’hui tant la question de nos singularités dans l’Universel est pertinente et tant sont aussi récurrents et alarmants les facteurs brûlants qui commandent de se ressaisir - avec une priorité absolue – du rapport à l’Autre, au Divers et au monde à l’heure où les dysfonctionnements sociaux, culturels et environnementaux se complexifient et s’approfondissent, menaçant la planète, l’humanité globalisée et chacun de nous.

 

2008-2018, une décennie ambivalente, marquée par l’imposition d’une globalisation accélérée. Riche de percées fulgurantes, d’avancées démocratiques, d’innovations technologiques, de croissance économique. Toutefois, elle a vu s’aggraver dans nombre de domaines, la stagnation, le recul, les conflits, le terrorisme, la pauvreté, l’intolérance, la disparité, l’instabilité, le nationalisme, l’exil et la migration forcée, le racisme, les formes contemporaines d’esclavage, l’exclusion  tant  au Sud qu’au Nord, dans la société civile internationale, le cadre national et l’inefficience de l’action multilatérale. De nombreux facteurs affichent une dévastation de l’humain, et mettent en échec la vigilance intellectuelle et la responsabilité éthique et politique Sur fonds de catastrophes naturelles, de tragédies humanitaires.  La recrudescence des échecs à la Paix, les obstacles nombreux,  les mille formes de violations des droits de l’homme continuent d’hypothéquer le présent et de mettre en échec la solidarité et les valeurs du développement humain. Une violence endémique et lourde de conséquences sociales et culturelles règne souvent sur fonds de contraintes économiques, du fardeau terroriste, de destruction de l’environnement, de manipulations du spirituel et du confessionnel.

 

Quoique Aimé Césaire n’ait pas vécu cette période contrastée, il en a anticipé les logiques et les développements. Aussi interroger, sous le signe de sa pensée, cette accélération de notre modernité ambivalente, invite à marquer cette date comme une célébration opératoire de la mémoire de l’homme et du Poète Césaire, car la lucidité de ses analyses de notre réel socio-historique offre un ressourcement en même temps qu’ils nourrissent  le débat , la réflexion et l’action