2017 Programme Lyon 7, 8 et 9 juillet

Apprends-moi à danser sous l’orage!
Et nous vivrons des jours heureux…

2017-Programme-Dialogues-en-humanité-Lyon.pdf

«La vie, ce n’est pas d’attendre que les orages passent, c’est d’apprendre comment danser sous la pluie» - Sénèque (philosophe romain, Ier siècle)

Dialogues-humanite-2017.jpgLes dernières nouvelles des violences armées au Moyen Orient, des attentats en Europe, des régressions politiques aux États Unis, au Brésil, en Turquie, et leur menace en France évoquent un vent violent qui semble se répandre sur la planète comme une traînée de poudre.

De violents orages semblent s’abattre sur notre humanité, des orages dont nous sommes à la fois les porteurs et les victimes. Nombre d’êtres humains à travers la planète subissent ainsi l’orage des violences climatiques bien sûr, mais aussi des tourbillons politiques, sociaux, écologiques.
Le déchaînement du fondamentalisme marchand et de son enfant monstrueux le fondamentalisme identitaire ne font qu’amplifier la tourmente.

Et comme il est difficile de voir loin quand la tempête fait rage !
Difficile de prendre de la hauteur pour voir notre petit présent dans la grande histoire de l’humanité ! Difficile de mesurer ce que nos petites actions mettront finalement comme couleurs dans la grisaille planétaire…

Mais partout de formidables oasis ensoleillées expérimentent de nouveaux modes de vie, partout des associations, des communautés, des peuples construisent des alternatives au défaitisme, à la morosité, à la misère.
Mieux encore, nous nous rendons compte que nous ne sommes pas obligé de baisser la tête en attendant la fin de la tempête ! Au contraire, de plus en plus d’êtres humains apprennent à danser sous l’orage, comme un pied de nez à sa violence et commencent à se relier dans un arc en ciel de plus en plus multicolore. C’est le paradoxe : la violence de l’orage se frottant aux anticyclones révèle l’arc en ciel… Quoi de plus fragile qu’un arc en ciel, mais quoi de plus beau. 
Une grande diversité de mouvements commence à se relier, à se vivre enfin comme une force, à envisager ses complémentarités comme des richesses.

Heureusement, malgré les difficultés à œuvrer ensemble en étant aussi différents, nous intégrons progressivement l’idée que nous habitons le même pays : la Terre.

Les Dialogues en humanité constituent des oasis ensoleillées, de plus en plus nombreuses dans le monde, où la règle du jeu est la bienveillance, même si l’on est en conflit, où chacun vient partager avec les autres son expérience, ses interrogations, ses convictions… On vient s’y relier à d’autres faiseurs d’oasis et d’arcs en ciel pour mieux repartir affronter les tempêtes. On y vient aussi pour questionner ses propres orages intérieurs, pour nourrir son propre arc en ciel. On y croise des artistes qui nous bousculent la perception habituelle de la vie. On s’y fait soi-même artiste de sa propre vie. On y vient pour se construire une vision plus positive de la vie, de quoi se donner de la force en repartant.

Pendant ces journées, chacun peut se construire son propre parcours, construire son arc en ciel personnel riche de nombreuses approches sensibles, pratiques, intellectuelles, riches des rencontres improbables mais passionnantes qu’on peut y faire en se laissant guider par son intuition.

On peut aussi participer à la construction de l’immense arc en ciel de la citoyenneté mondiale, en pleine ébullition actuellement. Les rencontres des dialogues sont une étape sur un chemin qui complète celui des forums sociaux mondiaux à l’échelle internationale ou celle du mouvement des « jours heureux » à l’échelle française.

Et pour celles et ceux qui préfèrent prendre un chemin déjà un peu tracé, voici trois propositions de parcours thématique à retrouver chaque jour dans le détail:

A)«Résister à la violence de l’orage en apprenant à danser sous la pluie, en protégeant les plus fragiles des bourrasques et en partant de leurs talents»

◦ Les Dialogues Sportifs. Faire rencontrer et mélanger à travers le football les équipes traditionnelles avec des jeunes migrants. Avec la LICRA, investie sur la thématique des migrants et des réfugiés. Le Samedi 8 juillet de 10h00 à 12h00 et ensuite de 14h00 à 16h00.

Réfugiés, migrants, accueillants: notre monde souhaitable (de l’individu à la planète), dialogues proposés par Yves Mathieu avec l’association SINGA (le fil ou le lien en lingala au Congo), co-production avec les équipes d’ATD Quart Monde, de Forum Réfugiés-COSI, d’Amnesty International, de la Coordination Urgence Migrants et des jeunes générations engagées dans l’éducation populaire dont Les Cités d’Or, des MJC et centres sociaux.
Suivi par les témoignages de Safi Al Hafez, Maïsa Al Hafez, réfugiés syriens. 
Safi and Maisa Al Hafez would give a brother-sister music to share the moment when they used music as a way to create inclusion and harmony despite their difficulties, while also teaching participants to sing together a moving Arabic/Syrian and western fusion songs.

B) «Relier son expérience aux autres expériences, pour mieux la faire grandir, pour se donner de la force»

◦ Faire vivre une oasis éphémère et le chant des Colibris en action. Cinq leviers de chagement : l’habitat partagé et
l’écoconstruction, l’autonomie alimentaire, l’éducation alternative et l’ouverture extérieure, la mutualisation des ressources et des biens, la gouvernance partagée. 
Appel à l’Action : Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. «S’unir pour faire respecter les droits est un devoir sacré»Joseph Wresinski, 17 octobre 1987. L’extrême pauvreté est une violence, elle provoque jugements et humiliations, enferme dans le silence, détruit des vies. Mais elle n’est pas une fatalité. Ceux qui la subissent résistent et notre monde a besoin de leur intelligence pour relever les défis auxquels il fait face. Nous refusons la misère et le gâchis humain qu’elle représente, comme nous refusons l’esclavage et l’apartheid. Partout dans le monde, des personnes exclues se font entendre et agissent. D’autres se joignent à elles pour construire ensemble un monde de paix qui ne laisse personne de côté. Pour soutenir cet appel : www.stoppauvrete.org
◦ Accueil d’une bibliothèque de rue d’ATD Quart Monde sur l’espace cozy de la Bibliothèque Municipale de Lyon pour une offre de lecture accompagnée pour les plus jeunes

C) «Construire une vision arc en ciel de notre pays la terre, de notre citoyenneté mondiale»
 

  • Au coeur de la mutation ou de la transition, rappelons aussi la définition que Gramsci donnait de la crise: c’est quand le vieux monde est en train de mourir, et que le nouveau monde tarde à naitre. Dans ce clair-obscur, naissent les monstres.
  • La paix ça s’apprend! ou comment guérir de la violence et du terrorisme, aux Editions Actes Sud, par Thomas D’Ansembourg et l’anthropologue David Van Reybrouck
  • Loin d’accepter ce que nous ne pouvons changer, il nous faut changer ce que nous ne pouvons accepter Angela Davis citée par Naomi Klein pour le Leap Manifesto au Canada

Un peuple qui danse fait reculer l’intolérance selon l’anthropologue et écrivain nomade Jean-Yves Loude

Mise en perspective et en visibilité de multiples initiatives dans nos cités et en réseau dans le monde pour grandir en humanité.
A partir du vécu de chacun et de l’expérience de tous ceux qui font naître une disposition nous rendant aptes à proposer toujours de nouveaux moyens pour atteindre l’émancipation de l’humanité

Parmi les invités co producteurs de ces Dialogues, l’ultra marathonien Malek Boukerchi, les champions internationaux de basket et de rugby fauteuil dont Ryadh Sallem, Frédérique Bedos et le projet Imagine, Elisabeth Senegas de la Chimère Citoyenne, Manu Bodinier d’AequitaZ, Edgar Morin, Devinder Sharma, Pradip Prabhu, Pascale D’Erm, Anne-Marie Codur, Fatou N’Doye, Irène Koukoui, Dominique Eraud, Catherine Dolto, Nicols Hulot, Rachid Benzine, Malika Bellaribi-Le Moal, Carminda Mac Lorin,

Dédicace de livres:

  • Actes Sud, Et nous vivrons des jours heureux avec 120 contributeurs pour rappeler le Conseil National de la Résistance 2016
  • ATD Quart Monde, En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté 2016
  • Dominique Bourg Dictionnaire de la pensée écologique avec Alain Papaux Puf 2015; L’Âge de la transition : en route pour la reconversion écologique avec Alain Faufman et Dominique méda, Les Petits matins, 2016
  • Edgar Morin Connaissance, ignorance et mystère ed Fayard; La Voie; Penser global; La méthode; la complexité; Les sept savoirs pour l’éducation du futur; Apprendre à vivre; De l’esthétique
  • Françoise Keller, Découvrir la Communication NonViolente InterEditions; Découvrir la Communication NonViolente, 2017; Pratiquer la Communication NonViolente, 2ème édition 2011 2016; Pratiquer la CNV au travail 2013; et l’ouvrage collectif écrit après les attentats de Paris; Osons la fraternité, Manifeste pour un monde ouvert éditions Yves Michel 2016
  • Frédérique Bedos Imagine
  • Harald Welzer, Penser par soi-même: guide de résistance éditions par Charles Léopold Mayer
  • Hervé Le BrasMalaise dans l’identité Notre identité ne peut être que dynamique édition Actes Sud, Anatomie sociale de la France: ce que les big data disent de nous éditions Robert Laffont 2016 L’age des migrations éditions Autrement 2017
  • Jacques Lecomte, Le monde va beaucoup mieux que vous ne le croyez éditions Les Arènes 2017
  • Jean- Yves Loude, et la Cie des ArTpenteurs La clé des langues:la fièvre du voyage. Photographies Viviane Lièvre éditions Tertium
  • Jean Pages, l’Apprécaitive Inquiry - une révolution positive Inter Editions 2013
  • Laurence Baranski J’ai fait trois fois le tour de la terre Editions Lahnat 2017
  • Mériem MenantEmma est moi, la sagesse d’une clown 2016
  • Malek A. Boukerchi Il était une fois en Antarctique éditions First Contes à gratter pour découvrir la richesse de la vie éditions Jouvence
  • Manuel Lieffroy, La Bibliothèque est ma maison ATD Quart Monde 2017
  • Noemi Kopp-Tanaka Les Matriochkas de Natacha
  • Olivier Frérot De nouvelles formes d’entrepreneuriats pour contribuer à l’émergence d’une société neuve éditions Chronique sociale
  • Olivier Peyroux Délinquants et Victimes Editions Non Lieu 2013
  • Pascale D’Erm Soeurs en écologie 
  • Patrick Viveret La cause humaine; Vivre à la bonne heure; Fraternité j’écris ton nom
  • Rachid Benzine Nour, Pourquoi n’ai-je rien vu venir? Le Coran expliqué aux jeunes; Les nouveaux penseurs de l’Islam; La République, l’Eglise et l’Islam avec le Père Christian Delorme
  • Riccardo Petrella Au nom de l’humanité
  • Christiane Hessel, Dessine-moi un Homme évocation avec Pascal Lemaitre et Stéphane Hessel éditions de l’Aube 2016
Laissons-nous inspirer par les artistes:

Brassens était-il noir? De l’Afrique au Blues. Depuis le chant de sa grand-mère au Blues de BB King, le guitariste chanteur Jean Sangally en trio avec son bassiste Eric Diochon et Valérian Raffaut son batteur, vous invite à découvrir son Cameroun natal et sa langue maternelle,le ngoumba. Le Blues est comme le nœud du sablier qui est un condencé de toutes les musiques d’avant et qui ensuite a donné naissance à toutes les musiques d’aujourd’hui. Un voyage à travers l’histoire de la musique avec ses créations en mvoumbo, en français et en anglais. (https://www.youtube.com/watch?v=252PfdvfAYM) (www.jean-sangally.com)
The Shambhalla Project Rencontre croisée de musiques traditionnelles et actuelles du monde et de musiciens du monde, avec le percussionniste joueur de tabla, Rashmi Bhatt, le musicien auteur compositeur tibétain Loten Namling, et le saxophoniste nord américain Thomas Vahle passionné de musique africaine. Leur créativité profonde n’a pas de limite, entremèlant jusqu’au blues et au rap leur maîtrise de leurs cultures fondatrices respectives.
Musicien (luth), chanteur, dessinateur et activiste tibétain, Loten Namling est né en 1963 à Dharamsala, en Inde. Il vit depuis plusieurs années en Suisse, mais il a voyagé et continue de circuler dans le monde entier. Il chante, en particulier, les œuvres du poète Milarépa et celles du Sixième Dalaï Lama. En 2012, il a tiré à pied, de Berne à Genève (350 km), un cercueil symbolisant la souffrance du peuple tibétain (un film raconte cette épopée: Tibetan Warrior). Il mène un projet innovant: Tibet Blues, où les chants de la tradition rejoignent la culture contemporaine. Le dimanche 9 juillet
◦Cultiver l’art universel de l’hospitalité avec Dr Rama Mani, fondatrice du Théâtre de la Transformation, Prix Peter Becker 2013 pour la Paix; Maisa Al Hafez, fondatrice d’Istambul Mosaïque Oriental Choir, créatrice du Centre Musical Harmonie à Damas pour semer l’harmonie entre les peuples par la musique, réfugiée syrienne en Turquie à l’âge de 25 ans; Safi Al Hafez, fondateur du Choeur international de Stuttgart et de Mosaïco, joueur d’oud, auteur compositeur et chanteur, a fuit la Syrie avec sa soeur à l’âge de 23 ans. 19h vendredi 7 juillet
Le petit prince d’après Antoine de Saint-Exupéry, spectacle chorégraphique de danse urbaine par la Compagnie Second Souffle, mis en scène par Azdine Benyoucef. Dès l’âge de 3 ans jusqu’à 103 ans (Grande scène). Une aventure artistique fascinante, un voyage au coeur de mondes métissés…
« Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants. » « On ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux. » Antoine de Saint-Exupéry 17h samedi
Opéra Le Barbier de Séville de Rossini proposé par Malika Bellaribi-Le Moal avec les choristes de Bondy, Créteil, Nanterre, Villeurbanne, Vaulx en Velin, Rilleux, Lyon à 19h00 samedi
Déambulation et danse urbaine avec les filles du groupe BAASYK puis 4 garçons de la Compagnie Second Souffle à 20h15
Urban Opéra avec les danseurs de la Compagnie Second Souffle de Vénissieux et Givors,la troupe lyrique Voix en Développement,Malika Bellaribi-Le Moal qui chantent Gabriel Fauré à 20h45 samedi
Lettres à Nour «Pourquoi de jeunes hommes et jeunes femmes, nés dans mon pays, issus de ma culture, dont les appartenances semblent recouvrir les miennes, décident-ils de partir dans un pays en guerre et de tuer au nom d’un Dieu qui est aussi le mien ?» de et avec l’islamologue Rachid Benzine
Le bottin (botanique) Lecture spectacle d’Emma La Clown
«En fait moi si on m’avait demandé mon choix, j’aurais bien voulu être un arbre. Pas un laurier-palme de clôture de pavillon, non, un Aulne au Moyen-âge par exemple. Ça m’aurait bien plu, les pieds dans l’eau des rivières, les mésanges en guili sur mes branches, mes feuilles au vent, de l’air, de l’air de l’air, et du silence. Mais on m’a pas demandé mon choix, je suis ici là, les pieds dans mes croquenots, la cravate au vent, devant cette table… En bois, tiens c’est quoi d’ailleurs…. ?» signé Emma. Par Mériem Menant 20h samedi à la Roseraie
La Chorale des Chants’sans pap’iéVivre, urgent! A partir des Paroles recueillies par l’artiste Sophie Gentils
Fayçal Salhi Quartet, Jazz oriental. Fayçal Salhi est le phénomène franco-algérien du Oud. Il compose en profondeur pour mèler avec bonheur les influences arabo-andalouses et le jazz. L’amour est la denrée qui doit être là, - rare, et c’est celle qu’il faut partager le plus amplement. 19h dimanche
◦ Lecture de l’histoire de Lyon, avec de multiples points de vue par la compagnie Api Gones dell’Arte
◦ Le choix: et tout ça pour mourir à la fin!
Conférence gesticulée par Thomas Prédour. Études, amour, travail, politique, loisirs, religion. À chaque instant de notre vie, nous posons des choix. Cette conférence gesticulée fera aussi quelques détours par le funambulisme, le Québec, une scène de théâtre. Thomas Prédour est un des initiateurs de l’édition bruxelloise des Dialogues en humanité. 
Chorale d’ATD et Bibliothèque de rue

◦ dimanche à 16h à la Roseraie: carrefour de la médiation avec Jacques Revol médiateur à Lyon, Daniela Schwendener médiatrice Paris, Olivier Peyroux sociologue sur la question de la traite des êtres humains, Jean Jérôme Biscara-Yahad représentant l’association du Père Desbois Yahad-In-Unum

Expositions et performances

Du coté des contes africains + démonstration de danses du Bénin + Exposition de toiles explicatives par lrene Koukoui et l’équipe des Dialogues en humanité au Benin
Toile N°1   Danses des cours royales de Porto-Novo
Toile N°2   Port des foulards et chapeaux dans le Sud du Bénin
Toile N°3   Atouts vestimentaires et tam-tam Sato pour la paix

 Dansons avec les Warlis, tribus des forêts, minorité de l’Inde, exposition et film des oeuvres d’une civilisation de plus de 5000 ans.Deux peintures réalisées par Reena, peintre Warli: l’une sur le changement climatique (évocation du cycle infernal de la sécheresse et des inondations, la terre qui pleure, Mahavev et le serpent de l’éternité qui portent l’œuf du renouveau); l’autre sur l’orage pour illustrer l’accroche au thème des Dialogues 2017(un éclair dans le ciel et la pluie qui tombe, des oiseaux annonciateurs de la mousson bienfaitrice, des personnes qui louent le ciel, d’autres qui dansent, la rivière qui coule à nouveau avec l’espérance de filets remplis de poissons).
Rencontre témoignage avec Pradip Prabhu avocat, juriste et porteur de la Loi sur la forêt en Inde, il vit depuis 40 ans avec les tribus Adivasis Warlis (les Adivasis représentent 8% de la population indienne, près de 100 millions). Avec l’association DUPPATA et Christian Journet.

1947, Histoire et Espoir dans la Rue Citoyenne, exposition photo de Monique Rakotoanosy, enseignante malgache engagée. Photos, poèmes, danses… Mémoire, histoire, intelligence collectives pour briser les peurs, les silences, les douleurs… se libérer, créer, relier : L’art aura toujours le dernier mot.

Lucidité et idéalisme, un hommage à Béatrice Tanaka. Pour la Terre, Discours du Chef Seattle ; Bouffe, Boeuf et Bang! ; Gandhi, Vivre ensemble. Trois livres géants déployés en affiches, afin que la force et la beauté des images puissent être appréciées. Lectures suivies d’échanges avec le public : 30 ans nous séparent du moment où ces livres ont été écrits, près de 70 ans depuis la mort de Gandhi, 162 ans depuis la déclaration du Chef Seattle. avec l’éditrice Lise Bourquin-Mercadè en association avec Noemi Kopp-Tanaka.

Donne moi vie, (uniquement Dimanche) exposition des créations de Nadège Cézette représentant le déjeuner sur l’herbe du peintre Manet. 
La compagnie Hada Mood Love souhaite mettre en scène des robes de princesse de sa collection, réalisées et ennoblies à partir de robes recyclées et ceci sous la forme de la représentation d’un tableau de Monet « Le déjeuner sur l’herbe ». La ROBE ( spectacle Obsessions) de 100m2 servira de nappe pour les autres robes, suspendue à un arbre. Le déjeuner sur l’herbe sera mise en scène par des figurantes.
Pour participer: Nous mettons à cette occasion les robes de princesse à votre disposition pour partager avec nous un moment conviviale autour d’un «Papo’Thé» et CLIC une photo à partager sur les réseaux sociaux en souvenir!

Projection de films

Navajo Songline, un film en avant première du cinéaste Bruno Vienne et de Lorenza Garcia, avec le soutien de Pierre Rabhi et d’Eric Julien.
De la Participation au Croisement des Savoirs. Pour Grandir la Démocratie. Le film sera suivi d’un débat avec ATD Quart Monde
L’arbre de l’enfance. Ce film relie la nécessité de prendre soin de sa propre nature et de la Nature, il est un appel à vivre une véritable transformation. Faire prendre conscience de cette nécessité prend un caractère urgent devant les enjeux d’aujourd’hui.
Le film se tisse autour de trois témoignages, qui entrent en écho les uns et les autres, à l’image d’un chant choral vibrant d’espoir et célébrant la nature. En présence de la réalisatrice Anne Barth, et des personnages principaux Juliette, Johan. 
Edgar Morin, un penseur planétaire un film de Jeanne Mascolo
Amazonia, voyage en terres indigènes. L’importance de la forêt amazonienne, la situation des peuples indigènes au Brésil et le célèbre barrage hydroélectrique de Belo Monte, troisème plus puissant au monde. Un documentaire sous forme de road-movie partant d’un constat de changement climatique en marche depuis Chamonix avec la pollution de l’air, au besoin de comprendre les enjeux de l’Amazonie aujourd’hui. La conclusion nous emmène à une réflexion sur notre mode de vie et de consommation, à nous en tant qu’individu ou en tant qu’entreprise.

Questions pratiques

Au parc de la Tête d’Or, on y va en transport en commun! Sur le site tcl.fr, on peut trouver toutes les infos pour réjoindre depuis chez nous le parc. Et si on veut se balader en vélo? On y va en Vélo’v! velov.grandlyon.com
On veut rester à Lyon pendant tous les Dialogues et on cherche un hébérgement? Je vais sur couchsurfing.com ou bewelcome.org De milliers de lyonnais ouvrirons leur portes et leurs coeurs pour nous accueillir!  
Nota bene : à l’entrée du Parc, l’équipe des Dialogues donnera des bracelets bleus pour les personnes ne souhaitant pas être filmées pendant les Dialogues.

Les messagers du tri de la Métropole de Lyon expliquent le bien-fondé et les modalités pratiques d’une collecte sélective avec des jeux et quizz et répondent à toutes vos questions.

Les Dialogues en humanités mettent en lumière des projets en faveur de l’environnement  comme le projet TERRITOIRE de Clément Gaumont. À partir de la terre, il est possible de fabriquer des coussins, qui seront disposés dans tout l’espace du festival. Plus d’info sur http://design-collective.wixsite.com/clementgaumont/

 


 


 

Contacts Grand Lyon

Evaezi Otuorimuo eotuorimuo@grandlyon.com tél +33 (0)4 26 99 33 47
Geneviève Ancel gancel@grandlyon.com tél + 33 (0)4 26 99 38 72 ou +33 6 89 74 46 86
Alicia Sanchez alsanchez@grandlyon.com tél + 33 (0)4 26 99 33 48
Mathilde Sihr msihr@grandlyon.com tél +33 (0)4 26 99 33 45
Sarah Courbière scourbiere@grandlyon.com tél + 33 (0)4 26 99 33 46
Juliette Goemaere jgoemaere@grandlyon.com tél +33 (0)4 26 99 33 41
Matteo Povero mpovero@grandlyon.com tél +33 (0)4 26 99 33 41