Cr. 28 février 2018 Paris

Patrick Viveret, rappelle les événements à venir:

Fin mai université du bien commun et voyage en Nanoubie sur le bien vivre en acte par l’Archipel citoyen

1er et 2 juin Festival d’art et d’air

6 au 8 juin à Grenoble Le forum international du Bien vivre, axé sur les nouveaux indicateurs de richesse avec CCFD et FAIR

30 juin et 1er juillet Dialogues à Bruxelles

22 au 26 aout université d’été rebelle, sociale et solidaire. Grenoble

Septembre Festival des solidarités internationales

Novembre Mois de l’ESS

Chemin Faisant Chamonix 18/19 mai

Et au Maroc en novembre Toussaint

Mise en lien pour faire progresser le mouvement convergent

Anne Marie Codur, université à Boston, artiste, au TUFTS économie du changement climatique, Chair women d’une ONG avec les pays Moyen Orient et Afrique du Nord dont Israel, Iran, etc. Programmation éducation à la paix : voyage à Hiroshima et Nagasaki (Japon) avec les participants, enseignants et élèves pendant la commémoration.

Projet de nouveau programme sur l’éducation à la question des réfugiés et leur éducation en faisant intervenir des anciens du Maroc, Jordanie, Liban, etc.

Proposition d’agora sur le changement climatique, les solutions possibles au dérèglement climatique (ailleurs et disponible). Les sols et forêts comme puits de carbone avec des pôles agricoles plus adaptés (75% des émissions de GES). Grand thème à Bonn, mais volonté et présence de lobby de l’agriculture industrielle. Ce qui est différent de l’agriculture régénérative qui est beaucoup plus efficace. Voir alliance avec les fermiers bio.

Mélinda Tchong, stagiaire 2018 en Master LLCE Japonais Culture Entreprise, venant de Polynésie Française, et qui projette de travailler dans les échanges entre le Japon et la Polynésie.

Arthur Vincent stagiaire en M2 science po, écologie et démocratie, questionnement sur l’engagement. M2 études urbaines et enjeux urbains sur les espaces publics métropolitains : comment les habitants vivent l’espace publics.

Dominique Doré, co présidente de RELIER : trouver d’autres solutions dans le rural. Travaille avec Terre de liens pour que des non agriculteurs puissent s’installer ; RAF Réseau alternatives pour la Foret et SOS forêt (par rapport à une industrialisation de la filière bois, objectif de jardiner autrement la forêt (sortir des coupes à blanc). Vit dans habitat participatif. Voir pour un désaccord fécond avec des différents de points de vue y compris de l’ONF.

Maison des babayagas et Festival international du film sur les métiers d’art à Montreuil. À Nantes.

Dominique Picard engagée dans le labo de l’économie sociale et solidaire (asso ESS), Think tank de l’ESS ainsi que Agriculture de l’alimentation durable et comment favoriser l’émergence d’un désaccord fécond pour sortir d’une opposition trop clivée et comment, dans les territoires, soutenir les acteurs dans la transition.

Les progrès ou ce qui est acceptable ou pas, pour mieux comprendre les logiques en cours et d’accepter de bouger.

Grainothèque mouvement français. Etats généraux de l’alimentation avec un projet de loi (automne 2018) en deçà de ce qui s’est dit et proposé.

Juste rémunération de la transformation du producteur au consommateur. Renverser pour qu’il y ait une plus juste rémunération.

Faire du bio, dans la restauration collective à 50% (haute valeur environnementale) et local. Plein de programmes sont mis en place, mais les choses progressent lentement. Il faudrait une incitation fiscale et que le PAC change. Au-delà du cas français, des contradictions sont à gérer :

  • Des aides qui devraient aller jusqu’à 5 ans et pas seulement à 3 ans.
  • Ministère de l’environnement avec le glyphosate pour 3 ans alors que les producteurs demandaient pour 15 ans. Décision Europe 5 ans, avec des exceptions.

La France est plus en avance (sur quoi ?) par rapport à la plupart des pays. Cf cash investigation du 27 février (France Télévision). Pb pour les agriculteurs et mais pas pour les consommateurs, beaucoup de paradoxes avec tous les produits transformés et les grands distributeurs qui veulent se mettre au bio. Il faut développer du circuit court et de proximité, ex : Biocoop qui est petit par rapport aux grands distributeurs.

Faire le lien avec les invités des autres pays. Regarder ce qui se passe, inviter les conservatoires de semences, les femmes semencières, les producteurs bio, after 2050 SOLAGRO,  C’est qui le patron, ..

Florence de Perretti, lien avec Yves Matthieu qui fait des débats publics et qui fait le lien entre administrations et public. D’accord pour continuer aux prochains Dialogues en humanité avec les citoyens et avec la Coordination Urgence migrants.

Nadine Outin

Patrick : Cf Pablo Servigne et Gauthier Chapelle : on n’ose pas dire la réalité des risques par peur de faire peu, et on n’ose pas dire le potentiel d’entraide. Il faudrait dire les deux énergies créatives qui peuvent.

Parcours 1 et 2 Pablo Servigne + Monique Dagnaud dans le parcours 3

Avancée sur la citoyenneté planétaire : Notre pays c’est la Terre, Choisir d’être heureux, c’est un acte de résistance politique de se comporter ainsi. Et les sujets des 3 parcours doivent être lus à/dans cette perspective.

Du point de vue du peuple de la terre, il n’y a pas d’étrangers. Tout le monde est bienvenu pour la question des réfugiés. Idem pour les GAFAM et SESAME (crédit social généralisé) dont ALIBABA (toute la population est notée par un système centralisé) cf fondamentalisme marchand (Stiglitz), du bon usage du numérique par rapport à la citoyenneté planétaire, chapeau commun

Cf le journalisme de solution, expliquer comment nous entendons l’optimisme, en jouant sur les

« Oui l’humanité est en danger, à un carrefour critique de son histoire »  cf Pablo Servigne, ce n’est pas désespéré car il est possible de construire

Choisir d’être heureux est un acte de résistance créatif et collectif ; Bien vivre en acte comme thème fort (lien avec FSM et Archipel citoyen)

Grande marche sur les armes du 24 mars aux USA, est en fait un débat mondial, idem sur les rapports Hommes Femmes citoyens et citoyennes de la Terre. Sans les contenus

Vanessa l’éclaireuse éco-optimiste, engagée référente du groupe de la création du 1er supermarché coopératif et participatif à Lyon « Demain » 1500m2, 6 projets en région ARA. Reprendre pouvoir sur son alimentation. Consommation saine durable, AMAP, marchés producteurs (création à Brooklyn il y a 40 ans pour le 1er, être coopérateur et travailler dans le supermarché), travailler en direct avec les producteurs, si possible local. Éducation populaire et tiers lieux d’éducation populaire.

Échanges de temps et cf foodcup. Axes stratégiques sur 6 mois (orientations, groupes concernés, objectifs, puis le groupe choisit comment il met en pratique l’orientation du comité de pilotage). Lien avec les Dialogues en humanité, l’association a un an avec près de 900 adhérents, 3e plus gros projet de ce type. Vanessa est déjà à mi-temps et 300 personnes sont adhérents actifs.

Projet à titre perso de l’éclaireuse éco optimiste : voyage en Amérique latine à la rencontre des initiatives locales et solidaires (communauté, collectif, pratiques communes, etc) en partant d’une démarche collective, de groupe, afin de découvrir et d’aller à la rencontre d’initiatives écologiques et solidaires.

Projet vidéo : microtrottoir (de personnes pas forcément dans des initiatives) + vidéo de l’écoexploratrice (dont elle sera le personnage : éco-optimiste) + vidéo qui laisse place au doute, difficultés, etc par du sensible à travers des portraits individuels de personnes qu’elle rencontrera. donner une dimension humaine et non trop optimiste. Remettre l’homme au centre. Idée qu’elle incarne cet éco-optimiste et amener par ce personnage des gens à des réflexions plus profonds, les pensées bloquantes d’un personnage et de ses émerveillements.

Invitée à rencontrer Alexandre et Yacine Aitkaci Eylix (à inviter aux Dialogues en humanité)

Vanessa souhaite passer par Bolivie, Colombie, pour visiter des initiatives

Cox (chili), Christina Garcia (argentine), et Pérou Romero

Lien avec les amis d’Arthur, Codur, réseau des éco villages,

 

Maires ruraux, territoires ruraux, construire la continuité entre territoires ruraux, (périls urbains) et urbains

Prochaine réunion, le 28 mars pour le maillage avec le Forum du bien vivre et FAIR, avec CCFD au 4 rue Jean Lantier à 9h30 puis à 14h30 chez Henryane.

Carrefour de la médiation à programmer.

Les 3 parcours

1 sortir du double dérèglement climatique : sortir du dérèglement avec l’enjeu du bien vivre en acte, et le rapport, il fait trop froid en occident (cf abdenour Bidar). Il faut autant intervenir sur le volet frugalité que sur le volet

2 notre pays c’est la Terre, avec au cœur la question des migrations et le Conseil de sécurité de l’humanité

3 big brother