Cr. 3 décembre 2017

Melina Planchenault, originaire de Nantes et responsable Développement durable à la Ville de Montréal, rejoint le groupe de la réunion skype de ce 3 déc: Geneviève et Jean-Jacques Ancel, Simone Kunegel, Christine Bisch à Lyon, Marcos Arruda à Rio de Janeiro, Anne-Marie Codur à Boston, Patrick et Dominique Viveret à Nanterre, Debora Nunes et Emerson Sales du Brésil Salvador de Bahia et actuellement en France, Philippe Piau à Angers ). Excusés, Catherine André, Evaezi Otuorimuo, les anglophones… Demain lundi, le comité se réunira chez Henryane, avec Debora et Emerson, à Paris. 

Actu des Dialogues voir le calendrier:
en Inde plusieurs Dialogues en cours en ce moment avec l’équipe de Siddhartha et les tribus des forêts dont la tribu des cueilleurs de miel sauvage ainsi que des Dialogues à Fireflies Bangalore; 
Dialogues avec les fermiers à Kabini près de Mysore le 8 décembre ;
Dialogues à l’initative de 6 danseuses et 4 danseurs de 16/17 ans à la Darnaise aux Minguettes, à Vénissieux, au SE de Lyon : à partir de leur activité de danse contemporaine urbaine; une suite est déjà programmée le 20 décembre ;
Osons les jours heureux (50 mouvements se rassemblent) ; Salvador (FSM, etc.) ; les soirées lyonnaises à L’oeil écoute…

Inscription au FSM de Salvador de Bahia à partir de début décembre 2017

Debora parle de deux événements prévus pour le FSM (qui a pris du retard dans l’organisation) : hommage aux femmes du FSM (dont Henryane) et assemblée des femmes le 14 mars + Conseil de sécurité de l’humanité. Comment mobiliser les 8 communautés ? Et éviter les disputes… ? Terra Mirim à Salvador, rencontre d’expériences de transition innovantes (Marcos : réseau brésilien et mondial des éco-villages, réseau des Villes en transition, Gawad Kalinga, nouvelles énergies, …), conférence de Patrick et Riccardo Petrella ? Le FSM n’a pas répondu officiellement pour le moment. A auto-gérer ? Faut-il faire une lettre officielle des Dialogues au FSM ? Geneviève pense que les contacts directs avec les organisateurs seront plus efficaces, avec un autre levier, le Manifeste et les propositions de Riccardo et Patrick. Chico ne viendra que pour l’hommage à Henryane et Bernard Pinault sera absent au FSM. Parler à Chico et Gus… 

Le Forum de l’eau se tiendra une semaine après le FSM. Forum officiel et forum alternatif. Aquiferi Guarani (sur 5 pays) : les grandes multinationales exigent la privatisation de la plus grande aquifère au Brésil et pb de pollution imminente.

Patrick parle de la seconde rencontre annuelle qui vient de se tenir à Villarceaux l’archipel citoyen des Jours Heureux en référence au Conseil National de la Résistance en France. Malgré la situation tragique face au nazisme à l’époque, il a été choisi de développer l’imaginaire par une initiative prise par des jeunes générations
La rencontre de Villarceaux 60 personnes, représentant 50 réseaux et mouvements très différents - Attac, Alternatiba, Monnaies citoyennes Sol, Crid, Chemins de la métamorphoseTPTS, Bien vivre en actes, Archipel Nanoub = Nous allons nous faire du bien, FNH, FPH, etc.). Archipel citoyen des jours heureux en gestation : élection sans candidat de 6 personnes et tirage au sort de 6 autres. Journées du bien vivre à la pentecôte mi mai prochain. et Université d’été Fin août 2018 : co-construire un processus «bien vivre et bien commun» avec des «pirogues-projets»… Comment construire un récit de résistance créative ? Comment relier Villarceaux et le conseil des sages ? Quels critères pour un «sage» ? L’âge ? La capacité d’accueil ? L’ouverture, l’engagement, le courage ?

Christine parle de la 1ère soirée du 17 novembre à la galerie L’oeil écoute, à Lyon, 3 quai Romain Rolland, avec 9 co-fondateurs et 5 entrepreneurs de Gawad Kalinga + des étudiants et divers membres des Dialogues de Lyon : une cinquantaine de personnes ont échangé en français et en anglais par sous-groupes de 10 sur le thème «Le génie des plus démunis, un tremplin pour entreprendre !» Une belle diversité d’expériences et une satisfaction générale, malgré l’absence de Tony Meloto, compensée par davantage d’interventions d’autres acteurs de terrain.

Les 2 prochaines soirées Dialogues à L’oeil écoute à partir de 18h30 au 3 quai Romain Rolland : le 14 décembre sur la Transition, avec Debora et Emerson, et le 15 décembre sur la Transformation, avec Malika Bellaribi-Le Moal et les choristes de Villeurbanne, Lyon, Vaulx-en-Velin, Rilleux. Invitations à retrouver sur l’agenda du site des Dialogues et sur Facebook. 

Marcos et Patrick expriment une réticence en ce qui concerne l’utilisation par Monsanto des actions de Gawad Kalinga. Peut-on appliquer la devise de GK «travailler avec le pire pour accroître ce qu’il a de meilleur en lui et le transformer» aux organisations, comme on l’applique aux individus ? Risque-t-on une sorte de caution des autres actions du groupe, de sa réputation ? La question mérite d’être approfondie par un débat. 

Autre Sommet du climat à Paris le 12 décembre à l’initative d’E Macron. Un texte avec la participation de climatologues circule pour 2020 : à signer. 

Marcos et Geneviève proposent que plusieurs personnes des Dialogues (Anne-Marie, Melina? …) participent par Skype aux prochaines réunions à Seattle (janvier, octobre, décembre 2017, janvier 2018…) qui regroupent pour l’instant une vingtaine de personnes. Le Manifeste est rendu vivant par un questionnement de chacun : quels sont les 3 points les plus motivants pour moi ? Quid pour rendre les propositions réelles pour moi ? Quelles expériences d’innovation tenter pour une société du bien vivre ?

La vidéo de Philippe est appréciée de tous. Prévoir d’autres formes de communication (humour, musique…) ? Pourquoi ne pas demander à Eric de transformer le Manifeste en BD ?

Marcos rend hommage à un mouvement prometteur de Femmes en politique, à Rio et dans tout le Brésil, pour changer la façon de faire de la politique. A voir sur la page Facebook des Dialogues en anglais (à visiter plus souvent).

Debora propose de chercher à renforcer l’égrégore, le champ morphique des Dialogues en développant encore notre réseau d’accueil des uns chez les autres, en témoignant davantage…

Geneviève rappelle l’intérêt de travailler davantage avec des médiateurs spécialistes des zones de conflit, cf leur participation efficace à la Cop 21. Prévoir une agora ou un atelier aux prochains Dialogues de Lyon ou même avant, à L’oeil écoute ? (cf Bonn, Rac, Yves Mathieu, migrants…).
Lien et accord de Geneviève avec la proposition de Philippe pour intégrer la proposition Talanoa de la délégation des Iles Fidji lors de la COP23 et et pour la COP24, démarche à accueillir aux Dialogues 2018
Ici copie du mail de Philippe Piau: Suite à la réunion de préparation des prochains Dialogues de Lyon de ce matin, voici quelques infos évoquées sur le processus de dialogue lancé lors de la COP 23 qui vient de se terminer à Bonn, sous la présidence des îles FIDJI, intitulé «Talanoa». Le terme désigne le Palabre coutumier au Pacifique Sud. Il me semble que, dans l’esprit que nous voulons développer de connexions avec d’autres types de dialogues que les nôtres, voici une opportunité importante. Ce dialogue, devenu démarche officielle soutenue par l’ONU via la CCNUCC, organisatrice des COP, va se dérouler au moins jusqu’à la COP 24 en novembre 2018. C’est peut-être l’occasion de dire «chiche!» et d’apporter notre pierre à l’édifice en amplifiant à notre façon ce dialogue planétaire. Une autre façon de prolonger le «serment de Paris», de faire le lien avec nos projets de citoyenneté planétaire? Est ce que des personnes parmi vous connaissent ce processus dit «TALANOA»? Si l’idée vous semble intéressante, pensez vous qu’il serait intéressant de participer à ce dialogue tel qu’il est organisé (mais qui, officiellement, va concerner surtout les états, j’ai l’impression) ou d’organiser notre «Talanoa citoyen» dans nos dialogues en se connectant à eux? D’autres idées?
Geneviève suggère l’occasion d’une prochaine idée de mise en scène?

Melina propose de nous faire connaître des outils d’interconnection sur lesquels elle travaille avec un prospectiviste, à l’usage des collectivités locales. 

Christine parle d’un séminaire qu’elle a suivi hier avec Myriam Abtroun et Cécile Magnin (méthode de respiration Huacos) qui pourrait constituer un atelier aux prochains Dialogues de Lyon. 

Conclusion, tour de table et méditation avec Marcos. 

 

Pour en savoir plus sur Talanoa, ci dessous quelques extraits d’articles de la part de Philippe Piau:

la page officiel sur le «TALANOA SPACE» ouvert pendant la COP23 à Bonn:

https://www.cop23.de/en/delegates/talanoa-space/

« Je suis très heureux d’annoncer que (ce processus) commencera en janvier, s’est félicité devant l’assemblée le président de la COP23, le Premier ministre fidjien Frank Bainimarama, après avoir donné le coup de marteau actant la décision. « Le dialogue devra être constructif et tourné vers les solutions », prévient le texte de l’accord, dont le but n’est pas de pointer de classer les bons et les mauvais élèves, mais plutôt d’évaluer le niveau d’effort à fournir. « Il ne devra pas mener à des discussions de nature conflictuelle au cours desquelles des parties seraient ciblées », insiste encore le texte.

Le processus a même été baptisé dialogue de « talanoa » par la présidence fidjienne, qui met en avant une tradition du Pacifique visant à favoriser les échanges bienveillants. « Le dialogue sera structuré autour de trois thèmes: Où en sommes-nous? Où voulons-nous aller? Comment y parvenir? », précise l’accord. L’idée est d’encourager et aider les pays à revoir, sur la base du volontariat, leurs engagements, à ce stade insuffisants pour maîtriser le réchauffement global.

Préparer la Cop24 en Pologne

Dans les faits, lors de la Cop24 organisée en Pologne en décembre 2018, le dialogue donnera lieu à une phase politique au niveau ministériel. En cours d’année, il sera nourri des apports du Giec, le groupe des scientifiques de l’ONU, mais aussi de tous types d’acteurs engagés dans l’action climatique (experts, collectivités, entreprises…). Outre les sessions de négociations climatiques sous égide de l’ONU, dont la prochaine est prévue en mai 2018, les événements parallèles sont encouragés: rencontres, conférences… pour partager les expériences.»

http://www.leparisien.fr/environnement/la-cop23-lance-un-an-de-dialogue-pour-rester-sous-2-de-rechauffement-18-11-2017-7400271.php

» Le dialogue Talanoa est une forme de dialogue interactif explique un ouvrage collectif intitulé Dialogue participatif publié par les Nations Unies. Le terme désigne le Palabre coutumier au Pacifique Sud. Cette méthode d’échanges procède des mêmes principes que le dialogue réflexif et le questionnement positif. Il est cependant moins structuré et plus intuitif,  chaque participant rebondissant sur les arguments avancés durant la discussion et la négociation.

Selon les Nations Unies, « La formule présente l’avantage d’amener les participants à assouplir leurs positions et à revisiter leurs idées en les confrontant à celles des autres. Ce style de dialogue privilégie l’échange et la participation, la découverte de points communs et la communion spirituelle autour d’un sens partagé ».

Authenticité, sincérité, confiance, respect mutuel sont les maitres mots du dialogue Talanoa. Face aux enjeux de la COP 23, on ne peut que souhaiter que cette manière de dialoguer, finalement pas si exotique que ça, fasse ses preuves et permette de déboucher sur des accords décisifs. Car comme le rappelle la délégation française à Bonn : « on ne triche pas avec la planète »… Et cela commence par ne pas tricher avec soi-même.»

http://www.scotwork.fr/blog-de-n%C3%A9gociation/2017/n%C3%A9gocier-fa%C3%A7on-fidji-le-dialogue-talanoa/

» Le Dr Sitiveni Halapua, directeur du programme de développement des îles pacifiques, au centre East-West d’Hawaii, a mis ce principe en application. Il a mené avec succès de nombreuses réformes sociales et économiques en utilisant une forme de dialogue traditionnelle appelée Talanoa. Par exemple, sur l’île de Cook, le Talanoa a permis de concerter les différents acteurs économiques et d’élaborer un modèle de développement économique profitable à tous.

Ce type d’expérience lui permet aujourd’hui de mesurer toute la valeur d’un échange basé sur l’authenticité : « Le Talanoa vise fondamentalement à renforcer les liens qui non seulement nous connectent, mais aussi nous permettent de nous respecter et d’apprendre les uns des autres. La connaissance et la compréhension mutuelle qui en découlent permettent de réduire les tensions et, par conséquent, génèrent plus de stabilité et de complémentarité dans nos relations. »3

Ne pas avoir peur des désaccords

Bien entendu, une telle harmonie ne peut ni se forcer ni se faire au détriment des individualités. Le dialogue perdrait alors tout son sens et deviendrait totalement creux. Parler de façon authentique, avec ses propres mots et du fond de sa propre expérience, est la manière la plus généreuse et sincère de contribuer à l’échange. Cela implique aussi de pouvoir exprimer son désaccord, même si cela ne plaît pas !

Le dialogue nous pousse à développer une réelle indépendance d’esprit ainsi que la confiance en notre propre ressenti, le tout fondé sur de solides convictions. La capacité à nourrir un véritable dialogue va donc de pair avec une bonne confiance en soi. À l’inverse, le manque de confiance en soi nous fait courir le risque d’embrouiller la communication. On peut aussi tomber dans le piège de rechercher cette sécurité à travers une pensée stéréotypée toute faite, qu’on veut à son tour imposer à notre interlocuteur.

À ce titre, le deuxième des points pour le dialogue de l’institut Toda pour la paix est de « rechercher une base commune pour un consensus, mais éviter la “pensée de groupe” et reconnaître et honorer la diversité des points de vue ». La pensée de groupe appauvrit en effet le dialogue en donnant l’impression illusoire d’être tous d’accord.

Le Dr Halapua attire également l’attention sur le risque de consensus de façade : « Le Talanoa, on ne cherche pas systématiquement le consensus. L’issue n’est pas déterminée. Il faut d’abord faire confiance et respecter les personnes, alors seulement on peut arriver à une forme de résolution. »4 «

http://www.soka-bouddhisme.fr/perspectives/reflexions/835-le-talanoa-parler-avec-son-coeur