Cr. 03 septembre 2017

réunion skype mensuelle en présence de Patrick Viveret (Paris), Philippe Piau (Angers), Anne-Marie Codur (Boston Paris), Evaezi Otuorimuo (Lyon et Nigéria), Simone Kunegel, Geneviève et Jean-Jacques Ancel, Christine Bisch (Lyon), Ivan Maltcheff (Chandigarh), Eric Ahoumenou (Bénin), Marcos Arruda, Débora Nunes et Emerson Sales (Brésil)

Les Dialogues sont une plateforme d’échange et de reliance entre les personnes pour le changement. Nous avons forgé par la pratique une approche de la politique de l’amitié qui est une de nos spécificités (cf Ivan)

Travail en cours sur le texte et l’objectif 2020 initié par Patrick Viveret et co élaboré par les initiateurs de Dialogues dans le monde. Présentation au FSM en mars en plusieurs langues ainsi qu’un film à partir de la représentation de «Duo choc» par Patrick et Philippe du Ministère de Défense de l’humanité (cf film tourné par Bruno Vienne de 30 minutes)

Prochains Dialogues confirmés à Strasbourg le 17 septembre, à Rabat le 27 octobre, à Dakar et à Salvador de Bahia les 28 et 29 octobre.

Prochaines réunions d’échanges (ou Comité d’orientation) à Paris (13 septembre) à Lyon (7 septembre, 12 octobre, 16 novembre), formations en cours à Salvador de Bahia, Dakar, Porto Novo

Présentation des Dialogues en humanité par Geneviève aux Entretiens Jacques Cartier à Montréal le 16/18 octobre 2017

Retour de la rencontre d’Ivan Maltcheff avec Dialogue Highway et Devinder Sharma à Chandigarh 

Proposition de Michèle Neyret de mettre à disposition des Dialogues en humanité d’un lieu d’expo et conférence pour un an «L’oeil écoute» afin de donner à voir ou mettre en démonstration des Dialogues en humanité tout au long de l’année, ouvert au public, permanence à assurer par les bénévoles et les étudiants, lieu d’échanges ou auberge espagnole des initiatives positives croisant collectifs, associations, entreprises, scientifiques internationaux, artistes, citoyens…

Propositions de prochaines thématiques à Lyon, Dialogues en humanité comme Fab Lab de l’amitié citoyenne ou de la citoyenneté terrienne?

The emergence of planetary citizenship (follow attached)

Emergence d’une citoyenneté planétaire (Texte court ici ) 

Notre humanité est bien menacée mais les menaces qui pèsent sur elle ne relèvent pas d’une barbarie extérieure mais intérieure. Celle ci  se traduit par une irresponsabilité écologique et sociale qui peut conduire à des effondrements majeurs : crises financières, catastrophes écologiques, explosions sociales, risques liés à l’usage volontaire ou accidentel d’armes de destruction massive etc. Sur ce point le Conseil de sécurité des Nations Unies est loin d’être à la hauteur de sa mission et le fait que les cinq membres permanents qui devraient avoir une responsabilité accrue sur l’enjeu mondial soient aussi les cinq principaux vendeurs d’armes en constitue une tragique illustration. IL nous faut donc construire les conditions de ce que serait un authentique «conseil de sécurité de l’humanité» en combinant deux types de ressources.

D’une part l’ensemble des acteurs suceptibles de formuler des alertes et des contre propositions sur les grands risques que court l’humanité : Les grandes ONG qui oeuvrent dans les domaines écologiques, humanitaires, sociaux, technologiques bien sûr mais aussi tout type d’acteur, quelque soit sa forme institutionnelle, qui peut apporter une contribution de ce type en faisant remonter sous une forme décentralisée l’ensemble des informations et propositions qui peuvent alimenter cette perspective. D’autre part les apports de «sages de l’humanité» à l’instar de celles et ceux qui participèrent au «sommet des consciences» lors de la COP 21 et qui peuvent manifester, au delà de tout intérêt économique, politique ou religieux, une conscience du devenir de notre famille humaine. 

Un tel conseil pourrait être proposé et co construit en partenariat avec le secrétariat général des nations Unies. Il permettrait d’organiser une interpellation de l’actuel conseil de sécurité issu de la seconde guerre mondiale et de demander à des puissances membres de l’actuel conseil de se faire le relais des alertes et propositions de cette nouvelle instance émanant de la société civile mondiale.