Cr. 07 avril 2017 Lyon

Compte-Rendu réunion 7 Avril 2017

La seconde rencontre Colibris/Dialogues s’est tenue dans  la salle Équevilles du CLIP (83 cours de la Liberté) à Lyon.                                   
Les participants ont été :

  • Alicia Sanchez, chargée de mission (gestion des bénévoles) aux Dialogues en humanité 2017, étudiante à l’IAE, mention Affaires Internationales
  • Mathilde Sihr, chargée de mission (communication) aux Dialogues en humanité 2017, étudiant en master Économie Sociale et Solidaire à l’université Lyon 2.
  • Evaezi Otuorimuo, chargée de mission (transport et hébergement), aux Dialogues en humanité 2017 étudiante à l’université Lyon 3
  • Sarah Courbière, chargée de mission (côté artistique) aux Dialogues en humanité 2017, étudiant en Licence Pro Tourisme solidaire et médiation expériencielle
  • Matteo Povero, chargé de mission (programme) aux Dialogues en humanité 2017, étudiant en Master 2 Francophonie, Nouvelle Économie, Économie Sociale et Solidaire
  • Mustafa Saitque, invité d’honneur, cinéaste et écrivain. Projet de faire des Dialogues dans la ville de Thiès au Sénégal.
  • Gilles Lambert, responsable des Colibris à Lyon
  • Simone Kunegel, volontaire pour les Dialogues en humanité, aime travailler avec les stagiaires
  • Natacha Kaminski, volontaire et présidente de l’association des Dialogues en humanité
  • Geneviève Ancel, chargée de mission, coordinatrice des Dialogues en humanité

Gilles Lambert rappelle que le Mouvement des Colibris a été créé en 2007 par Cyril Dion à partir des idéaux du paysan phlilosophe Pierre Rabhi sur la base de l’agroécologie et l’importance de relier. 50/100 groupes locaux existent; membre aussi du collectif de la Transition. Actualité avec le Chant des Colibris avant et après la période des élections en France afin que tout un chacun se réapproprie la politique. Cf aussi le MOOC pour apprendre à créer son oasis.
Il explique les avancées et les capilarités du concept d’oasis éphémère dans l’espace des Dialogues au parc Tête d’Or. La question, comment relier les deux. L’oasis est conçue comme une tente touareg hauteur de 3 mètres à cinq piliers, l’autonomie alimentaire, la consommation et sobriété énergétique et l’habitat, la gouvernance, l’ouverture aux autres et l’éducation, la mutualisation des biens, espaces et ressources.
Pour les Dialogues en juillet, la question de l’accueil ayant été jugée importante lors de la précédente réunion, ou «comment surprendre sans faire peur», Gilles propose de faire entrer les participants enfants et adultes dans l’oasis pieds nus et/ou les yeux fermés afin de faire vivre concretement un voyage sensoriel. À l’intérieur de l’oasis plusieurs ateliers, écoconstruction, un jeu sur la consommation énergétique, negawatt transition énergétique, atelier de construction ludique mais concret. Le centre du village serait destiné à une dimension artistique

Geneviève Ancel remercie pour le fait que les Colibris aient déjà intégré les rythmes de la programmation (ateliers du sensible et du discernement, agoras, témoignages de vie croisés…). Elle identifie les passerelles entre les ateliers et témoignages avec les propositions locales nationales et internationales déjà identifées dans le programme comme la rencontre autour de l’alimentation durable, la lutte contre le gaspillage et la souveraineté alimentaire. En particulier elle insiste sur la chance de croiser les retours d’expériences entre différentes actions locales avec les invités internationaux porteurs d’initiatives positives de grande ampleur sur leur territoire.

Le dernier comité d’orientation de Lyon a permis déjà de faire le lien entre le réseau des jeunes architectes engagés pour une citoyenneté active (projet d’agora avec le collectif Pourquoi pas?) et les Colibris de Lyon pour un rapprochement.
De même, Martine Buhrig propose que son atelier «créativité et humanisme» se face au sein ou à proximité immédiate du village des Colibris. Il s’agit d’un travail de créativité picturale, co réalisé avec des enfants, des artistes sénégalais et français (dont certains de ceux de Lyon qui sont ou ont été SDF).
Idem pour un rapprochement avec les propositions de la Coordination Urgence Migrants, ATD et les Colibris.

Simone Kunegel. face à la crainte de Gilles face au foisonnement aux Dialogues, Simone explique que c’est comme l’auberge espagnole: on y trouve ce qu’on y apporte. l’événement est très atypique, ce qui fait aussi sa richesse. Evoque la nécessité de la résilience, la richesse durant la préparation des Dialogues et l’aboutissement en juillet. Ressenti des extraordinaires rencontres pour tous les âges, nationalités, parcours de vie ; tout le monde arrive pour vivre ce moment et il est moins attendu de la part des institutions du fait que chacun devient actif. On ne doit pas tout attendre d’en haut.

Mustapha Seck/Mustafa Saitque explique la sagesse wolof: Le monde il faut l’inventer chaque jour. La vie il faut l’inventer chaque jour (voir son livre)

Natacha Kaminski. Comment faire grandir l’état d’esprit des Dialogues et le relier avec Colibris.L’oasis pourrait être une clé d’entrée pour la richesse des dialogues. On met oasis à un endroit stratégique pour faire aller la personne dans tous les parcours, soit dans un endroit stratégique du parcours B. Comment on peut travailler ensemble, comment relier l’idée, à l’international, comment on peut permettre à travers les ateliers de décaler la personne dans tous les différents niveaux de son humanité, comme un voyage.

Le mouvement des Colibris organiseront une campagne de crowfonding et mobiliseront de nombreux bénévoles en amont et le jour-j
Il est proposé de vivre ensemble les pic-niques du jeudi soir entre avril et juillet, de découvrir et déguster les ateliers du sensible et du discernement.