Cr. 16 février 2016

Comité orientation Paris- dialogues en humanité
-Le 16 février 2016-

Participants et perspective dialogues de Lyon

Comité orientation dialogues en humanité : Ce que chacun veut apporter. Travail sur le programme de Lyon

  • 30 juin : mémorial de la prison Montluc- dialogues  pour lutter contre les barbaries-
  • Thème à ce jour formulé: Comment construire une citoyenneté mondiale, fraternelle, en marche

Geneviève explique que les dialogues n’ont pas de structure en tant que telle, elle explique que  c’est une démarche informelle qui  fonctionne plutôt en open source.
Réseau organique avec des organisations structurées. On fait un bout de chemin et la porte est ouverte pour que chacun, qui veut puisse faire un bout de chemin

Azdine : Projet Urban Opéra

Rentre dans le programme de des dialogues en humanité de Lyon
Ancrage de rendre hommage à l’histoire de la marche de 83, sollicité pour écrire une pièce de danse : danse contemporaine urbaine, mémoire de certains marcheurs,  travail de mise en scène de leurs émotions pendant la marche.
Travail avec Frank Lebon pour la création musicale,
Continue l’aventure en 2015, pièce présenté au festival Karavel et au centre chorégraphique de Créteil.
Le projet Urban Opéra en construction s’inspire des marches symboliques dont celle de Gandhi,  Martin Luther King. Il vise à refaire ce travail sur la place de la République, devenue aujourd’hui lieu prestigieux et emblématique.
Résonnance avec l’importance de réagir après les attentats ? Lieu prestigieux avec l’art urbain sur cette structure en création: Urban opéra ou Urban opérar

Malika Bellaribi LeMoal- association Voix en développement depuis 15 ans, travail dans les quartiers : Une diva dans les quartiers- But de recréer une troupe lyrique dans les quartiers. Elle monte des opéras avec des gens dans les quartiers dits populaires, en difficulté

Anaïs- chef de projet de ce projet- travail avec les banlieues- Actuellement elles sont sur le projet « Cavaleria Rusticana » travail avec Bondi, Créteil, Nanterre, Paris.

Travail d’opéra qui atterrira aux dialogues de Lyon 2016. Travail ouvert aux hommes et aux enfants et enfants de la rue.
Chœurs amateurs avec solistes et musiciens professionnels. 
Sort les gens des quartiers, qui ont besoin d’oxygène et de « voyager ».
Les gens ne sont plus victimes mais plutôt acteurs.
Joue à Villeurbanne le 8 octobre 2016
La création de ce projet se fera aux dialogues
Travail sur la mixité : mixité de milieux sociaux car Malika pense que c’est avec la mixité qui peut permettre le rapprochement et favoriser l’échange de savoirs. Elle explique que les femmes investies dans le projet, à la fin reprennent leurs études, retrouvent du boulot : Travail important sur l’estime de soi.
Elle insiste sur l’importance de parler un langage où tout le monde se comprend et se sent à l’aise, langage du « quotidien », familier à utiliser pour que ces personnes, aux parcours de vie chaotiques, douloureux, se sentent reliés et écoutés.

Anna Marie Codur- projette de tenter d’organiser les 1ers dialogues à Boston-

Elle pense pouvoir arriver le 2 juillet pour les dialogues de Lyon-
Elle se définit plutôt comme contributrice aux dialogues de Lyon avec le chant, la traduction.
Elle fait le lien avec ce qu’elle souhaite faire à Boston avec ses thèmes de recherche et d’activisme : question de changement climatique/ Travail dans ONG sur la paix en Moyen Orient dont le dialogue entre israéliens et palestiniens.

Catherine André- journaliste de métier, elle a cofondé un site européen avec un prisme société civile traduit en 10 langues- Idée d’être un pont entre la société civile et le journalisme

Actuellement Thème des réfugiés sur lequel elle travaille
Elle revient de la 2ème édition des dialogues au Bénin qu’elle définit comme très encourageante.
Elle donne son sentiment d’un dialogue magnifique. 1er jour à Ouida chargé d’histoire sur l’esclavage moderne : réflexion sur les formes d’esclavage où il y avait  beaucoup de participation de jeunes aux côtés de plus anciens.
Echange entre les anciens respectés et les jeunes qu’on a écoutés.
Catherine décrit le travail colossal qu’a fait Eric Stanislas.
Projet de dialogues à Conacri : lien avec café du Forum Social Mondial.
Très demandeur/ Très envie de présenter la méthode des dialogues pour démarrer des dialogues plutôt religieux, entre pays. Catherine explique que les dialogues permettent de  reprendre l’espoir d’une Afrique unie et dans ses diversités. Lien avec ce groupe de jeunes et le Forum Social Mondial et cette envie de dépasser les clivages.
3ème jour : thème du Vaudou- façon de guérir l’âme. Frontière entre les rites culturels et les citoyens.
Espoir immense des jeunes dans le mot Panafricain : seul espoir politique pour lutter contre l’entre déchirement des religions.
Sur le plan de l’écoute, il s’est passé quelque chose.
Geneviève fait le lien avec  le temps appelé « Hommage aux Afriques » dans le 1er dialogue et du même esprit qui avait été insufflé.
Catherine explique le problème rencontré durant ces dialogues, autour de l’argent.
Mise en scène de « douze hommes en colère » pour faire tourner le film avec très peu de moyens.
Perspective d’organiser des mini dialogues en 2017 dans le Nord pour éviter de les faire tous les 2 ans.

  • Voir qui on peut faire venir aux dialogues de Lyon pour continuer cette question. Peut-être voir avec ambassade- ou crownfunding… A réfléchir

Dominique Doré : pratique les dialogues sur Lyon/ un peu impliquée sur Paris/

Tente de faire comprendre aux gens l’habitat participatif- prête à s’impliquer sur une animation sur ce mode d’habitat. A l’initiative, était venu avec les SEL, aujourd’hui ce système fonctionne et n’a plus besoin de sensibilisation, connaissance.
Souhait de co organiser avec une architecte «  analyse des paysages »
Habite dans un habitat participatif/ organise l’événement, d’envisager des lieux différents. Nécessaire de  si on veut préparer la transition- Maison des associations soit transformée en « maison ouverte »/ « maison de la transition »
Peut-être proposer une visite des habitats participatifs  avec une réflexion par exemple sur « Comment on prend en compte le vieillissement ? ». Elle resitue le « mouvement des villes sur l’habitat participatif » : Comment est ce qu’on fait un habitat en passant du je au nous. ? Université du Nous.
Elle relance « l’entrainement mental » : a existé pendant la guerre dans le Vercors- Pont à faire avec la démarche des jeunes.

Nadine Outin : reliée aux dialogues depuis 2004/ tient à souligner la qualité relationnelle des dialogues/ « qualité d’être avec nous ».

Dans le champ de l’éducation, dans le champ des pratiques des transformations professionnelles
Elle repose l’axe central de « Comment construire ensemble cette citoyenneté universelle, cette famille humaine qui est une, en tant qu’habitants de cette même planète. »
Elle cite « Pedro de Sabia » en donnant la dimension de la politique de l’amitié, avec ce qu’elle a vécu comme expérience de rencontre des ondes gravitationnelles, dans ce centre agro écologique proche d’Itacaré au Brésil.

Annie Gourdel ironise en se présentant qu’elle a beaucoup porté les valises dans les dialogues sur lesquels elle a voyagé et vécue cette expérience qu’elle souligne comme très riche et ce qu’elle en retient : l’ouverture au monde.

Impliquée dans l’association Démocratie et Spiritualité.

Annelore Lemoe- volontaire à ATD QUART MONDE, est en charge de s’occuper de la journée du 17 octobre 2016 « Refus de la misère », vient s’inspirer et connaître la forme et ce que porte les dialogues en humanité.

Françoise Dahmale a découvert les dialogues pendant la COP21, et a été séduite.

S’occupe beaucoup de ces petits enfants, et parallèlement elle est militante de la ligue des droits de l’homme, elle fait des interventions en milieu scolaire sur la citoyenneté.
Elle présente un cycle de films du thème droits de l’homme avec intervenant/ Cycle sur la démocratie.
Elle pratique Ecole de Yoga-
Elle explique qu’à travers cette pratique ou autre en se recentrant à l’intérieur de soi, « Comment on parvient à ce travail d’individuation pour devenir ce citoyen émancipé qui fait lien avec les autres » (fait référence à Cynthia Fleury)
A participé au 1er forum «  Mouvement commun ».

Christiane Botbol partage son expérience quand  elle est rentrée de Madagascar, engagée à ATD Quart monde et également à Attac.

Pratique en Chi gong/Yoga : aspect spirituel de la vie l’intéresse beaucoup.
Parallèlement à ces engagements, elle est consultante culturelle, préside plusieurs associations artistiques indiens/ en relation avec l’Institut des civilisations où elle travaille sur un projet d’une éducation pacifiée.
Elle se pose et pose la question : « Quel est le lieu où toutes ces forces se retrouvent. »
Même dans les associations, elle souligne qu’elle est très choquée par la prise de pouvoir.
Elle peut faire des liens avec Urban Opéra, entre autre avec la Fédération des arts de la Rue.
Elle est sur un projet de théâtre à Lyon, à la Fondation Scène et cité, elle est installée en cuisine.
Elle a remonté l’expo « Ce que nous devons à l’Afrique ».

Geneviève Ancel raconte les derniers dialogues en humanité qu’elle venait de vivre

  • au Brésil à Salvador di Bahia et à Pedro di Sabia avec Nadine, Anne Marie.
  • à Hyghway avec Devinder Sharma, jounalistes, juristes, activistes, dont le but était de se faire se rencontrer dans l’Himalaya des personnes qui « ne se rencontrent jamais ». : Cela a permis de créer un événement sur la place publique à Chandigar avec artistes, enfants, sur le thème « Quoi faire, qu’est ce qu’on peut faire pour sauver l’Himalaya ?». Opportunité pour couvrir toute cette partie de l’Himalaya qui balaye 260 glaciers qui sont en train de se réduire, tout est multiplié, démultiplié à vue d’oeil.

Elle explique les dialogues qui ont permis aux personnes qui ne se parlent jamais, de rentrer en dialogues et ce venant de toutes sortes de domaines/ question des droits environnementaux/ internationaux avec une dimension culturelle, spirituelle.
Ils souhaitent continuer.

  • à Bangalore avec pour thème « 

Beaucoup de jeunes américains, canadiens
Intervention de Geneviève  sur le thème : Religion, Sécuralisme, elle a présenté en parallèle ce qui se passe, le mouvement de solidarité. Dans notre fil rouge de citoyenneté de la terre, les réfugiés deviennent les avants gardes qui peuvent inspirer.
Elle part demain pour les 1ers dialogues au Sénégal : « Comment faire avancer ensemble la pirogue de l’humanité. »

Perspectives dialogues de Lyon

Nadine : imaginer un espace numérique pendant  les dialogues pour que les porteurs de dialogues soient connectés.

C’est une possibilité qui coûte chère.
En résonnance est cité le travail Résa/ donne portables et appareil photo dans les mains des enfants et ils montrent via les clichés comment ils voient l’événement.
Demande comment ne pas faire « un stand » des dialogues en humanité
Fluidité recherchée –
Outil « L’expo des 10 ans »- outil vidéo de 10 mn d’expliquer
Démarche de faire rayonner
La clé c’est la diversité des participants

Organiser un  coin détente/ Convivialité à renforcer, imaginer.

Question de chaises/ question de bancs. Retravailler la forme café.

Contenu/thème : est ce qu’on garde ces thèmes quelque peu livré en vrac à ce jour ?
La question de la transition
Cultures urbaines
Eau oxygène
Ecovillage
Santé positive des villes

Eléments très riches mais il faut avoir un fil rouge sinon effet de dispersion.

Patrick Viveret propose d’assumer que c’est nous qui avons lancé le fil rouge avec la citoyenneté mondiale et le thème d’un processus constituant : processus qui est nécessaire, qui est légitime et qui anticipe une légalité qui n’est pas encore là.
« Assumons que nous avons été moteur dans la COP 21 avec le Serment qui a besoin que cette citoyenneté s’incarne. Il faut assumer cette perspective »

  • Faire vivre le REV : tas d’éléments qui peuvent permettre ça.

R : pourquoi les formes dominantes actuelles sont de plus en plus insoutenables : oligarchie financière, eauxygène, océans,
L’insoutenabilité écologique, insoutenabilité sociale avec le cocktail explosif misère et violence, insoutenabilité démocratique
Comment la résistance devient créatrice.

V : c’est quoi un processus de citoyenneté mondiale, ça veut dire quoi ? Et le déblocage de l’imaginaire, comment les artistes nous aident à débloquer une citoyenneté fraternelle, comment les êtres humains se rencontrent et je n’ai pas peur de celui que je  connais pas, que l’autre est un compagnon de route.

E: l’autre approche du droit/ Travaux de la géo politique
Expérience Ministère de la Défense/ Nouvelles approches spirituelles/ Comment penser une spiritualité ouverte et exigeante
Et comment ceux victimes de la domination/ comment nos différences de cultures sont des forces, des opportunités
Qu’ils deviennent acteurs de la transition/ la question des réfugiés
Si on considère comme une chance, on va faire des assemblées et ça va être un atout, imaginons des assemblées constituantes, comment vous les imagineriez ?
Renversement de regard

  • Si on prend la citoyenneté mondiale comme un Objectif stratégique et pas un idéal, les dialogues de Lyon, contribuent à la préparation du Forum Social Mondial.

Toute cette richesse, comment on les ordonne pour que les 3 jours donnent à voir cette perspective, c’est juste avant le FSM,
Il faut que les personnes présentes puissent avoir un avant goût de cette citoyenneté mondiale qui s’organise. Les 3 jours que vous avez vécu, vous avez ensuite la possibilité de faire mouvement, de continuer dans votre réseau, dans votre quartier.

L’accentuation même des sédentaires on va être obliger de s’éloigner,
Comment l’humanité assume sa capacité à être nomade, comment on se met à leur écoute, à leur service.
Travail commun à faire avec ATD QUART MONDE

  • Considérer dans cette perspective que le Serment de Paris est un appel à cette organisation

Comment les personnes se le réapproprie. Premier point d’appui dans un moment fort pendant la COP 21.
En faisant du ET et non du Ou, cette idée de citoyen de peuple de la Terre, comment vous le diriez vous avec votre propre langage ? votre propre art ?
Impulsez avec Philippe et Patrick, débridez l’imagination avec spectacle avec humour, amour- cette pièce ce serait plutôt un résultat. Faire remontrer l’imaginaire avec tous les résultats de toutes les pièces du puzzle : imaginer
Les gens sont mûrs
Les dialogues ne fonctionnent que parce qu’ils viennent sur un terreau là où il y a demande de liens, de vision, de transformation : Effet de cristallisation
Proposition qui alliait le fond et la forme.

  • La réalité des collapses : projection sinistre.

Les gens réagissent plutôt dans la solidarité. La catastrophe oblige à penser de façon plus ambitieuse l’avenir.
La peur de la catastrophe génère des réactions de déni.
Il vaut mieux se dire OK

  • Thème important à traiter des gens : l’angoisse mais il vaut mieux se dire OK. « L’effondrement par fragmentation »

La crise financière est un effondrement, on y est déjà
Comment on sort du mur ?
Effet systémique

Nadine : Face à des évènements extrêmement violents, quelle réponse on peut faire démocratiquement ? Comment on peut aller vers une nouvelle organisation sociale ?

Patrick : A des gens qui se sentent abandonnées, non reconnus, on vous trouve une place dans le système dominant : Djiadisme, FN..
Nécessité de traiter le problème à la racine, comment on offre une place dans une histoire qui fait sens à tout être humain.
Cycle de l’angoisse que tu entretiens, dans une société adulte qui assumerai le fait qu’il y  aura des risques d’attentats
Tu travailles sur les causes du fondamentalisme identitaire
Il y a des raisons de vivre, il y a des raisons de mourir
Je préfère vivre dans une société fraternelle et libre à la place de vivre dans une société sécuritaire et
La question de s’engager dans ce choix pour chacun et là tu commences à faire bouger les choses.
Jeune qui vient de rentrer de Syrie, le mécanisme de repenti marche quand tu as les solutions dans le système global

Dernier weekend d’aôut : Université d’Eté de l’association Spiritualité et Démocratie sur le thème de la diversité
Comment est ce que dans le concret, ça se passe ?

Malika : Association « Zy va »
Choix de l’opéra Rusticana, dans la royauté Ecoute du peuple, début de socialisme,
Public de femmes : seules, battues,
Excommunier par l’église comme les filles du Mahgreb excommunier du village
Joue le 3 juillet et le 9 juillet.
Le fait d’avoir côtoyer

Moment d’appropriation de la voix.
Travail de la voix, travail sur le non verbal, les personnes retrouvent les capacités.

Azdine a fait la 1ère réunion pour se comprendre. On est attaché à valoriser le public pour qu’il soit acteur : équilibre du projet jusqu’à sa finalisation.
J’avais une idée sur la place de la république avec une restitution pour le public, réajustement de la conception pour que le public soit dans la finalisation. Partie de cette place république jusqu’à Bastille avec des chars pour construire ce plateau qui sera urbain.
De voir ce projet sur une valorisation des cultures différentes, les parades seront des thématiques même de cette diversité. Important de connaître le public que nous allons accompagner. Il faut que les personnes soient parties prenantes, soient des vedettes. Sur scène, tous ces chanteurs seront préparés car travail par atelier. Ils seront une troupe lyrique, voir comment les danseurs
Etape intermédiaire de ce projet : dialogues en humanité 2017. On chante dans les quartiers avant d’arriver sur la scène sinon trop difficile. L’idée c’est qu’il y ait cette émergence de danseurs pour que personne ne soit laissé de côté.
Réflexion sur les chars
Rassembler les enfants qui s’engagent
Tout est en construction.

Ce projet fait également suite à l’agora « Récits et métissages » avec Azdine, C. Delorme.
A Croiser avec la journée du 17 octobre avec ATD Quart Monde de lutte contre la misère.

Qu’est ce qu’on peut faire avec le serment et l’Opéra, comment ça s’incarne ?

Malika explique combien la culture, le savoir permet aux gens de retrouver du travail.
Ce projet peut-être dans le R et le E

Prochain comité d’orientation :
Le 11 mars matin- 9h30-12H30 lieu : Café Bord de Seine à Chatelet